Accueil > Nouvelles































Les autorités européennes font un pas de plus dans la lutte contre la surpêche
Mise à jour le lundi 14 mars 2005, 15 h 32 .


Chalutier
(archives)
Dans les eaux européennes comme dans les eaux canadiennes, les stocks de poissons de fond, telle la morue, sont dans un piteux état. Les scientifiques estiment que dans la mer du Nord, notamment, ces stocks ne sont plus qu'un dixième de ce qu'ils étaient il y a 10 ans.

Cette situation est due en grande partie à la surpêche et à la pêche illégale. C'est pourquoi l'Union européenne ouvre une agence pour assurer un contrôle plus strict des pêcheurs.

« Cette agence doit permettre des inspections en commun de certaines pêcheries, particulièrement celles qui sont très sensibles, comme le cabillaud, la morue de la mer du Nord », a précisé Mireille Thom, porte-parole du commissaire responsable des pêches à l'Union européenne.

L'agence, qui sera basée dans le port de Vigo, en Espagne, doit donc permettre d'éviter des conflits entre les pêcheurs et les inspecteurs européens pour, finalement, diminuer la surpêche.

Pour l'instant, l'Union européenne n'a pas l'intention d'imposer des mesures plus draconiennes, comme des moratoires, pour donner un peu de répit aux stocks de poissons. « Les États membres ont préféré une réduction des jours de pêche plutôt que les zones d'exclusion », a souligné Mme Thom.

L'idée de créer des zones d'exclusion demeure sur la table, a ajouté Mme Thom. Cette possibilité devrait faire l'objet d'autres discussions entre les membres de l'Union européenne en décembre.




Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.