La condamnation de Dennis Oland, une « innocente erreur » selon ses avocats

Dennis Oland Dennis Oland  Photo :  CBC

La Cour d'appel du Nouveau-Brunswick a commencé à entendre la demande de Dennis Oland mardi à Fredericton. Le fils de l'homme d'affaires Richard Oland tente de faire renverser sa condamnation pour le meurtre non prémédité de son père.

La défense demande que la Cour d'appel ordonne l'acquittement de Dennis Oland ou la tenue d'un nouveau procès.

Dennis Oland purge une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans.

Les arguments de la défense

L'audience s'est déroulée en présence de Dennis Oland. Ce dernier a adressé de fréquents sourires aux membres de sa famille.

Les trois avocats qui représentent Dennis Oland pour cette procédure ont affirmé en cour que le jury au procès a été berné par des preuves circonstancielles faibles. Ils affirment également que le juge John Walsh a erré lorsqu'il a instruit les jurés avant le début de leurs délibérations.

Selon l'avocat Alan Gold, la défense ne conteste pas le travail du jury, mais plutôt son verdict, qui équivaut à « une innocente erreur », a-t-il dit.

Maître Gold est d'avis que le jury a été influencé par les spéculations de la Couronne autour de preuves hypothétiques, avec lesquelles la défense n'est pas d'accord. Selon la Couronne, Dennis Oland, lourdement endetté, avait tenté d'emprunter de l'argent à son père lors d'une rencontre le jour du meurtre. Lorsque Richard Oland a refusé, le fils s'est fâché et a perdu le contrôle, avait conclu la Couronne.

Richard Oland Richard Oland  Photo :  CBC

La défense est aussi revenue sur le veston brun que portait Dennis Oland le jour du meurtre. Ce veston, dont il a été abondamment question lors du procès, avait été saisi par la police. Des traces de sang de Richard Oland se trouvaient sur ce veston.

Lors de son entrevue avec la police, Dennis Oland avait indiqué qu'il portait un veston bleu. Or, les images des caméras de surveillance ont plutôt démontré qu'il portait le veston brun.

Selon Me Gold, le stress de l'interrogatoire est a fait en sorte que Dennis Oland s'est trompé sur la couleur de son veston.

La défense a aussi souligné que les tests d'ADN sur le veston ont été faits alors que le mandat de perquisition de la police de Saint-Jean était échu, ce qui équivaut à une violation de la Charte canadienne des droits et libertés.

De leur côté, les juges qui entendent l'appel ont posé plusieurs questions. Ils ont notamment demandé à voix haute si ce n'était pas justement le rôle du jury de déterminer la validité des preuves présentées devant la cour.

La suite des procédures mercredi

La défense reprendra ses arguments mercredi en matinée. Ce sera ensuite au tour de la Couronne de présenter sa version des choses.

Le juge en chef Ernest Drapeau a indiqué qu'il souhaite que tout soit terminé jeudi. Les trois juges qui entendent l'appel rendront leur décision à la première occasion, a indiqué le juge Drapeau.

Acadie en direct Afficher le fil complet