Soins de longue durée : il faut se préparer à un afflux de demandes, selon les infirmières de la N.-É.

Radio-Canada avec CBC
Un foyer de soins (archives) Un foyer de soins (archives)  Photo :  IS/iStock

Le Syndicat des infirmières de la Nouvelle-Écosse a déposé un rapport dans lequel il appelle la province à se préparer de toute urgence à la demande grandissante dans le secteur des soins de longue durée.

Selon les données du rapport, près de 7000 Néo-Écossais résident actuellement dans les 90 foyers de longue durée dans la province. Leur nombre devrait augmenter considérablement dans les années à venir, selon le rapport, puisque le pourcentage des Néo-Écossais âgés de plus de 65 ans doit augmenter de 16 à 31 % d'ici 2038.

« Cet enjeu n'est pas nouveau, a affirmé la présidente du Syndicat des infirmières, Janet Hazelton, après la sortie du rapport. Maintenant plus que jamais, notre système de soins de longue durée a besoin de l'appui gouvernemental. »

Une attente qui s'allonge

Le gouvernement doit s'attaquer en priorité à l'embauche de plus de travailleurs pour les foyers de soins et à l'ajout de lits, selon le rapport.

On y apprend que l'attente pour une place en foyer a augmenté de 169 jours, de 2007 à 2015. L'attente moyenne est maintenant de 333 jours.

Les aînés hospitalisés ont attendu en moyenne 198 jours qu'une place se libère, l'an dernier, comparativement à 105 jours il y a neuf ans.

Le rapport reconnaît que l'embauche de plus de personnel dans les foyers coûtera cher. Il recommande notamment au gouvernement provincial de suivre l'exemple de la Nouvelle-Écosse qui fait appel à des infirmières praticiennes pour limiter les coûts.

Acadie en direct Afficher le fil complet