Le consul général du Canada à Boston, David Alward, inquiet de la rhétorique sur les frontières

David Alward David Alward  Photo :  PC/PC/James West

Les déclarations de politiciens américains sur la nécessité de construire des murs entre les États-Unis, le Canada et le Mexique font sourciller le consul général du Canada à Boston, David Alward.

Les propos de Donald Trump sur l'érection d'un mur entre les États-Unis et le Mexique, prononcés dans sa campagne à la présidence américaine, ont trouvé écho chez un républicain du Wisconsin. Le gouverneur Scott Walker a déclaré qu'il faudrait aussi considérer la construction d'un mur entre le Canada et les États-Unis.

Ben Carson, un ex-chirurgien américain, a ajouté récemment qu'il souhaitait que des troupes armées américaines patrouillent le long de la frontière entre les deux pays.

« C'est inquiétant d'entendre ce genre de rhétorique, explique David Alward. C'est pour cela que mon rôle de diplomate est important : pour que l'on établisse des lois justes, non seulement sur la scène fédérale, mais aussi dans les localités et les États américains. »

Le consul général du Canada à Boston soutient aussi que les échanges commerciaux sont très importants.

« Il faut comprendre tout ce que les deux pays ont en commun. Nos échanges se traduisent par de la création d'emplois, non seulement au Massachusetts, mais aussi ailleurs dans nos pays respectifs. »

David Alward précise que le Canada achète plus de biens des États-Unis que la Chine, le Japon, la Grande-Bretagne et l'Allemagne combinés. Il ajoute que la sécurité a été resserrée des deux côtés de la frontière, tout en permettant les échanges commerciaux.

« Il y a déjà une patrouille frontalière en place. Nous avons au Canada une frontière sécuritaire et étanche. » — David Alward, consul général du Canada à Boston

Surveillance des échanges commerciaux

Même si les déclarations de certains candidats à la course à la Maison-Blanche le tiennent occupé, David Alward garde un oeil sur les dossiers concernant les échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis.

Le bois d'oeuvre est un des dossiers qui retient l'attention du consul. L'entente commerciale qui prend fin en octobre 2016 est devenue un sujet épineux dans les relations entre les deux pays.

Une contestation de l'accord de libre-échange nord-américain évaluée à 70 millions de dollars, dans le dossier de l'aide gouvernementale à la papeterie de Port Hawkesbury, en Nouvelle-Écosse, fait aussi partie des préoccupations du consul.

David Alward explique que lui et d'autres diplomates surveillent attentivement comment les dossiers chauds vont évoluer auprès des États et du Congrès américain. Les répercussions de ces lois au Canada sont aussi source de préoccupation. 

Nouvelles priorités du gouvernement de Justin Trudeau

Après la défaite du gouvernement conservateur de Stephen Harper, David Alward dit que de nouvelles priorités ont été mises au jour par le premier ministre Justin Trudeau.

« Je pense que l'agenda du nouveau gouvernement reflète le travail accompli en Nouvelle-Angleterre, par exemple tout le dossier de l'énergie et de l'électricité, affirme-t-il, en prenant bien soin de ne pas faire de comparaison entre le gouvernement qui l'a nommé à ce poste et ses nouveaux patrons.

« Les priorités comme l'innovation, l'énergie et l'environnement sont importantes pour les Canadiens, et c'est le genre d'enjeux auxquels nous travaillons depuis déjà un bout de temps », conclut M. Alward.

Acadie en direct Afficher le fil complet