Fredericton rejette un projet de loi qui aurait donné la préférence aux aliments locaux

Radio-Canada avec CBC
La ferme de Paul-Émile Soucy, au Nouveau-Brunswick La ferme de Paul-Émile Soucy, au Nouveau-Brunswick  Photo :  Radio-Canada/Étienne Dumont

Le gouvernement Gallant rejette l'idée de privilégier l'achat de produits alimentaires locaux dans les hôpitaux, les foyers de soins et les écoles.

Des fermiers se sont rendus à Fredericton, jeudi, pour appuyer le projet de loi privé du chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, sur la « sécurité alimentaire locale ».

Ce projet de loi aurait donné la préférence aux produits alimentaires locaux dans les établissements publics.

Mais le ministre responsable de l'Agriculture, Rick Doucet, affirme qu'une telle loi n'est pas nécessaire. Il appuie les principes du projet de loi, mais pense que les résultats souhaités peuvent être obtenus autrement.

Le gouvernement a défait le projet de loi sous les huées des fermiers et de leurs sympathisants présents.

La directrice générale de l'Union nationale des fermiers, chapitre Nouveau-Brunswick, Amanda Wildeman, a exprimé sa déception. « On est un peu déçus, pour dire la vérité. [Rick Doucet] dit qu'ils ont beaucoup d'intérêt à appuyer l'agriculture locale, mais il ne veut pas avoir de la législation et pour nous, c'est quand même important que ce soit dans la loi. »

Kevin Arseneau, fermier Kevin Arseneau, fermier  Photo :  Michel Nogue/Radio-Canada

Le président des jeunes agriculteurs de l'Union nationale des fermiers, chapitre Nouveau-Brunswick, Kevin Arseneau, affirme que le genre de loi proposé par les verts s'impose.

« Parfois, on assiste à des réunions gouvernementales et parfois, c'est très insultant de voir ces plateaux de légumes en plein été, des légumes qui viennent de très loin, qui sont servis lors de réunions gouvernementales, alors qu'il y a des producteurs locaux présents à ces rencontres. » — Kevin Arseneau, fermier

Selon M. Arseneau, l'adoption du projet de loi des verts aurait permis d'augmenter les revenus et la production des fermiers locaux, ce qui aurait aussi augmenté, du coup, les revenus de la province.

Il fait d'autre part remarquer que les consommateurs réclament de plus en plus les produits locaux. « C'est important pour les consommateurs qui en demandent de plus en plus, de ces produits locaux, qui viennent de fermes où ils peuvent se rendre, où ils peuvent toucher les produits. »

L'Union nationale des fermiers compte poursuivre ses pressions.

Acadie en direct Afficher le fil complet