La Cour suprême invalide l'interdiction au suicide assisté : réactions partagées en Acadie

Le reportage de François Vigneault

Les avis sont partagés en Atlantique à la suite de la décision unanime de la Cour suprême du Canada sur le suicide assisté. Le plus haut tribunal du pays invalide l'interdiction faite aux médecins de fournir une assistance au suicide à des patients en fin de vie, qui doivent endurer de grandes souffrances.

Le Parlement canadien dispose d'un an pour changer la loi existante.

Lors d'un jugement précédent, en 1993, la Cour suprême s'était prononcée à 5 juges contre 4 pour maintenir l'interdiction du suicide assisté.

La question continue de diviser la société acadienne, tout comme les Canadiens dans leur ensemble.

L'évêque du diocèse de Bathurst, Daniel Jodoin, dit que le suicide, quel qu'il soit, n'est pas une option pour l'Église catholique.

L'évêque de Bathurst, Daniel Jodoin L'évêque de Bathurst, Daniel Jodoin  Photo :  François Vigneault/Radio-Canada

« Quand quelqu'un veut se suicider, que cette personne-là décide qu'elle veut se suicider sur un pont, tout le monde va aller sauver cette personne-là. Pourquoi quand cette même personne vit les derniers moments de sa vie dans la souffrance, qu'on n'est pas là pour l'aider encore et non pas pour lui dire : "On va t'aider à mourir"? », affirme Mgr Jodoin.

Josette Cormier, de Petit-Rocher, est une infirmière. Elle a soigné son père malade, à la maison, jusqu'à son dernier souffle en 2007. 

Josette Cormier Josette Cormier  Photo :  François Vigneault/Radio-Canada

« J'espère que par le temps, si quelque chose m'arrive, que ça va être accepté, parce que moi c'est quelque chose que je vais... Si j'ai une condition, je vais aller pour le suicide assisté. Quand ils vont me dire que je n'ai plus d'option, c'est quelque chose que je vais envisager. C'est sûr », explique Mme Cormier.

D'après des informations de François Vigneault

Acadie en direct Afficher le fil complet