Des Américains déconseillent l'aventure du gaz de schiste

Nicolas Steinbach est allé rencontrer les résidents de Dimock

Cinq ans après le début du boom gazier, des citoyens de Dimock, une petite ville en Pennsylvanie connue pour ses puits d'eau potable contaminés par une compagnie gazière, déconseillent aux Canadiens de s'aventurer dans cette industrie.

Soixante puits de gaz de schiste ont été forés dans la ville américaine de 1500 habitants, en cinq ans.

Plusieurs familles de la région ne peuvent pas parler de la qualité de leur eau parce qu'ils ont signé une entente de confidentialité avec la compagnie gazière Cabot and Oil.

La compagnie les a dédommagés pour avoir contaminé leurs puits d'eau potable, en échange de leur silence.

Rebecca Roter, résidente de Brooklin en Pennsylvanie Rebecca Roter, résidente de Brooklin en Pennsylvanie  Photo :  Nicolas Steinbach

Rebecca Roter, une citoyenne de Brooklin en Pennsylvanie, regrette d'avoir loué sa terre aux compagnies gazières. Selon elle, un refus n'aurait rien changé.

« Ils m'ont dit qu'ils allaient prendre le gaz, que je signe ou pas. Ils fracturent le schiste verticalement, puis horizontalement. De cette façon, ils accèdent à votre sous-sol », explique-t-elle.

Les citoyens s'inquiètent aussi de la qualité de l'air. Les compresseurs filtrent le gaz de schiste pour ne retenir que le gaz naturel, qui est redirigé vers les marchés d'exportation. Ces compresseurs émettent du gaz dont la toxicité n'a pas encore été démontrée.

Solidarité de la nation Sioux avec Elsipogtog

Susan Bresse, de la nation Sioux, a voulu se montrer solidaire avec les Autochtones d'Elsipogotog, au Nouveau-Brunswick, qui ont été arrêtés alors qu'ils manifestaient contre les travaux d'exploration de la compagnie gazière SWN Ressources.

« Je veux montrer mon appui aux Autochtones du Canada qui se battent pour leurs terres, ne lâchez pas, ne laissez pas les compagnies gazières forer chez vous. » — Susan Bresse, membre de la nation Sioux

Susan Breese accuse la compagnie SWN d'avoir contaminé son puit d'eau potable. Elle est obligée désormais d'aller puiser de l'eau à une rivière. Elle et ses voisins ont intenté une poursuite contre SWN. Susan Breesse reconnaît ne pas avoir beaucoup d'espoir étant donné que la qualité de son eau n'avait pas été testée avant la fracturation.

Les citoyens de la région de Dimock voudraient que les gens se servent de leur exemple pour sensibiliser les autres régions du monde qui voudraient s'aventurer dans l'industrie du gaz de schiste.

Acadie en direct Afficher le fil complet