Maritimes : des milliers de personnes dans le noir

Vents destructeurs : les précisions de Nicolas Steinbach

Au Nouveau-Brunswick, plus de 20 000 abonnés d'Énergie Nouveau-Brunswick sont sans électricité. La compagnie estime que la plupart des pannes seront réparées d'ici quelques jours.

En Nouvelle-Écosse, la situation s'est considérablement améliorée, environ 1 800 clients de Nova-Scotia Power attendent d'être rebranchés alors qu'ils étaient plus de 10 000 au plus fort de la tempête de vent. La plupart des pannes sont réparées à L'Île-du-Prince-Édouard.

Les grands vents, avec des rafales à 95 km/h, ont emporté plusieurs toitures.

« Du bardeau d'asphalte que j'ai ramassé, je ne sais pas si c'est les miennes, tout le monde dans le quartier en ramasse par-ci par-là. Il y en a beaucoup. Dans la rue toutes les maisons ont eu pas mal de dommages. » — Mathieu Bernier, résident de Moncton, N.-B.
Toiture endommagée par les grands vents Toiture endommagée par les grands vents

Selon l'entrepreneur, Léonce Cormier, les toitures neuves sont plus à risque, il faut au moins un été pour sceller les bardeaux d'asphalte.

« La toiture même est manufacturée de telle façon que quand tu le mes sur un toit ça prend le soleil pour activer une colle qui est dessous le toit même et ça prend vraiment une saison pour coller ça pour que ce soit solide au maximum. » — Léonce Cormier, entrepreneur, Comfort home builders à Moncton

Le soleil n'est pas la seule explication, la qualité du goudron et du bardeau utilisé est aussi en cause.

En attendant de revoir le code du bâtiment, certaines compagnies ont bien accepté de réparer les toitures de certains clients touchés. Des propriétaires, comme Mathieu Bernier, sont moins chanceux, car leur toiture n'est plus garantie.