Immersion française : tendance décevante au Nouveau-Brunswick

Immersion française

Le nombre d'inscriptions en immersion française monte en flèche partout au Canada, sauf au Nouveau-Brunswick.

Le Globe & Mail a comparé les inscriptions en se basant sur les recensements de 2006 et de 2011. On constate qu'en cinq ans, les inscriptions ont augmenté de 12 % à l'échelle nationale.

Au Nouveau-Brunswick cependant, le taux d'élèves inscrits aux programmes d'immersion est passé de 19 % en 2006 à 16,5 % en 2011.

Rappelons que le point d'entrée en immersion française est passé de la première année à la troisième au Nouveau-Brunswick quand les libéraux de Shawn Graham étaient au pouvoir.

Les progressistes-conservateurs avaient promis de rétablir le point d'entrée à la première année, mais la décision du ministre de l'Éducation, Jody Carr, se fait toujours attendre.

D'ailleurs un groupe de travail dirigé par les anciens ministres James Lockyer et Elvy Robichaud recommandait en février dernier de rétablir le point d'entrée en première année.

« Avec la question de l'immersion, c'est très clair que le plus jeune que nous pouvons commencer à former des étudiants dans une deuxième langue, le plus efficace, c'est mieux, et les résultats sont meilleurs », affirme James Lockyer.

Acadie en direct Afficher le fil complet

Facebook