Fredericton veut réduire le rôle des salles d'urgence

Le reportage de Michel Corriveau

La province veut réorganiser les soins de santé primaires. Le ministre de la Santé, Hugh Flemming, assure qu'il ne prévoie pas fermer de salles d'urgence mais le gouvernement reste vague sur la réforme des soins de première ligne qui est en cours.

L'été dernier, l'ancienne ministre de la Santé, Madeleine Dubé, présentait un cadre de réforme très général.

Il était question, entre autres, d'intégration de services dans des centres de santé communautaires et d'équipe de médecine familiale.

« C'est le patient qui va gagner aux fins de tout ça, parce qu'il va augmenter son accessibilité, il va avoir accès à un ensemble de professionnels. » — Madeleine Dubé, ancienne ministre de la Santé du N.-B.

Le ministre Flemming annonçait mercredi l'ouverture d'un deuxième centre de médecine familiale à Oromocto au Nouveau-Brunswick.

Nous voulons des centres comme celui-ci partout dans la province, a insisté le ministre, selon qui le rôle des urgences devrait être réduit.

L'opposition libérale craint de voir se répéter le même scénario qu'en 2004, lorsque les conservateurs de Bernard Lord avaient fermés plusieurs hôpitaux dans la province.

Lors des consultations l'an dernier, l'ex-ministre de la Santé, Madeleine Dubé, avait promis un plan pour les soins de santé primaire dès le début de 2013.

Ce plan est toujours attendu.

Acadie en direct Afficher le fil complet

Facebook