Î.-P.-É. : solutions à la pénurie de médecins

Les précisions de Frédérique Charest

En matière de soins de santé, les défis ne manquent pas à l'Île-du-Prince-Édouard. Environ 10 000 Insulaires sont en attente d'un médecin de famille et des salles d'urgence font face à des fermetures fréquentes.

Une des solutions à la pénurie de médecins à l'Î.-P.-É. serait de faire une plus grande utilisation des infirmières praticiennes.

Ces infirmières spécialistes pratiquent partout au pays. Elles peuvent prescrire des médicaments, soigner des blessures et traiter des infections, mais leur intégration au système de santé insulaire s'opère lentement.

À l'Île-du-Prince-Édouard, leur rôle est encore négligeable et le changement n'est pas facile.

« Il y a une confusion sur les rôles des infirmières praticiennes, les infirmières, les médecins et les attentes du public. » — Marilyn Barrett, Santé Î.-P.-É.

Malgré les difficultés, le ministre de la Santé, Doug Currie, envisage de leur donner un plus grand rôle. Il s'est rendu en Nouvelle-Écosse pour voir comment ces infirmières aident à la survie des salles d'urgence régionales.

L'association canadienne des médecins d'urgence a affirmé que le système néo-écossais est loin d'être éprouvé et qu'il faudra quelques années avant de pouvoir en tirer des conclusions.

La province n'a pas d'échéancier, pour le moment, pour intégrer des infirmières praticiennes en salle d'urgence.