Le traversier de Bay Ferries connaît toujours des difficultés

Un traversier de Bay Ferries Le traversier Princess of Acadia, de Bay Ferries (archives)

Le traversier reliant Digby, en Nouvelle-Écosse, à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, est resté à quai, mardi matin, en raison de forts vents.

Ce genre d'interruption complique les affaires des exportateurs du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, qui utilisent ce traversier pour expédier des milliers de livres de homard vivant à Montréal, aux États-Unis et outremer.

Le propriétaire de Lapointe Seafood, Pierre Boissonnault, expédie jusqu'à 15 000 livres de homard par semaine par l'entremise du traversier de Bay Ferries.

Il doit transporter son homard vivant par camion lorsque le service du traversier est interrompu, ce qui augmente le risque de mortalité du homard.

Pierre Boissonnault dit que les consommateurs subissent des conséquences, car le prix du homard augmente si le transport est plus long. L'exportateur risque aussi de perdre des ventes quand le prix augmente.

Les problèmes de propulseur du traversier Princess of Acadia l'empêche d'accoster si les vents dépassent 20 ou 30 km/heure, selon leur direction.

Un bateau-remorque devait permettre de remédier à la situation, mais cette solution n'avait pas l'air de fonctionner mardi matin.