Carte électorale : la communauté acadienne de la Nouvelle-Écosse réagit

Nouvelle-Écosse : carte électorale remaniée

La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse déposera un préavis de poursuite contre le gouvernement de la Nouvelle-Écosse immédiatement après l'adoption du projet de loi abolissant les circonscriptions acadiennes dites protégées.

« On sait d'ores et déjà que le projet de loi sera adopté en troisième lecture, et donc, par conséquent, vous comprendrez que la Fédération acadienne n'a aucun autre choix que de déposer un préavis de poursuite contre le gouvernement de la Nouvelle-Écosse », affirme la directrice générale de la FANE, Marie-Claude Rioux.

Marie-Claude Rioux, directrice générale de la FANE Marie-Claude Rioux, directrice générale de la FANE

La réforme prévoit notamment que les trois circonscriptions acadiennes minoritaires disparaîtront, de même que la circonscription favorisant l'élection de candidats noirs.

« Ce qu'on reproche au gouvernement, c'est de taire la voix des Acadiens à l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse avec ce nouveau projet de loi qui inscrit les circonscriptions acadiennes protégées dans des circonscriptions très fortement majoritairement anglophones. Ça dilue le pouvoir de vote des Acadiens, et donc ça diminue d'autant nos chances d'élire un député [acadien] à l'Assemblée législative », explique Mme Rioux.

Le but de la réforme est d'équilibrer le nombre d'électeurs dans les circonscriptions.

Les gens de la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse s'inquiètent du sort de leur région.

« Le fait qu'on vit entourés d'anglophones, chaque matin, chaque journée, on a toujours des défis. Avoir un député qui est Acadien, qui comprend l'histoire, la culture d'où on vient et ce que les ancêtres ont été obligés de vivre. » - Colette Deveau-King, résidente de la région de Clare

Mme Deveau-King est satisfaite de la poursuite que va intenter la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse contre le gouvernement. Elle pense que c'est bien pour les communautés et qu'il faut continuer à lutter

Le NPD a forcé la commission indépendante à uniformiser la taille des circonscriptions sans tenir compte des différences culturelles, historiques ou linguistiques.

Cette décision a soulevé un tollé et entraîné la plus grande mobilisation de l'histoire récente des Acadiens de la Nouvelle-Écosse, mais ça n'a pas empêché le gouvernement d'aller de l'avant.

L'ex-juge à la Cour Suprême du Canada, Michel Bastarache, se questionne lui aussi sur la décision du gouvernement.

Michel Bastarache, ex-juge à la Cour Suprême du Canada Michel Bastarache, ex-juge à la Cour Suprême du Canada  Photo :  PC/Jacques Boissinot

« C'est certainement inquiétant, parce que je crois que la situation des Acadiens est tout à fait unique en Nouvelle-Écosse. Il ne faut pas oublier que c'est une minorité historique, qu'elle a finalement une présence sur le territoire de plus de 400 ans, qu'elle représente évidemment un groupe qui est protégé par la Charte canadienne, qui parle l'une des langues officielles. » Michel Bastarache, ex-juge à la Cour suprême du Canada

Michel Bastarache pense même que le gouvernement a tort de vouloir revoir les frontières électorales en tenant compte uniquement du nombre d'électeurs moyens.

La communauté acadienne espère que la cour pourra lui redonner une voix à l'Assemblée législative.

Acadie en direct Afficher le fil complet

    Facebook