Le lock-out dans les transports publics à Moncton se poursuit

Ricky Landry explique pourquoi les négociations ont achoppé

La Ville de Moncton, au Nouveau-Brunswick, annonce que ses négociations avec le syndicat des employés de Codiac Transpo sont à nouveau rompues.

Mardi, les partis ont entrepris en présence d'un médiateur une séance de négociations qui s'est prolongée de près de deux jours.

Selon la Municipalité, les deux groupes s'entendent sur toutes les clauses normatives et les augmentations de salaire jusqu'en 2017.

Les autorités municipales ajoutent que le syndicat a demandé d'inclure l'année 2018 dans le contrat avec des ajustements de salaire avoisinant 3,5 % et 4,5 %. La Ville rejette cette demande. Les négociations sont donc tombées dans une impasse.

Moncton demande au syndicat de poursuivre les discussions et de renoncer à cette dernière demande. La Municipalité se dit prête à négocier une augmentation pour 2018, mais de moindre ampleur que celle proposée par le syndicat.

Aucune information n'avait filtré de ces négociations. De part et d'autre, les intervenants avaient convenu de ne pas parler aux médias pendant l'exercice.

Le transport en commun dans la région de Moncton est paralysé par un lock-out depuis le 27 juin.

Acadie en direct Afficher le fil complet

Facebook