Les paroissiens de Grande-Anse s'inquiètent pour leur église

Église (archives)

L'église de Grande-Anse, au Nouveau-Brunswick, un immense édifice de pierre construit en 1902, a besoin d'importantes réparations au coût de plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Il s'agit de l'église Saint-Simon et Saint-Jude.

Le mortier s'effrite entre les pierres. Le toit prend l'eau et il doit être reconstruit, explique Gaston Haché, un paroissien.

« Ça pourrait être le début de la fin pour le bâtiment. Je suis le premier attristé de ça, mais la réalité est là », affirme Gaston Haché.

« On a beaucoup de réparations à faire, mais on n'a pas un sou. » — Réjean Landry, curé de Grande-Anse

La paroisse envisage de vendre ses terrains et même le presbytère si cela lui apporte les fonds nécessaires pour conserver l'église.

Gaston Haché sait que les paroissiens devront prendre des décisions importantes. « 5000 $ ou 6000 $ l'hiver pour le chauffage pour huit messes par mois. L'achalandage n'est pas là », ajoute-t-il.

D'ici deux semaines, les paroissiens seront conviés à une réunion publique afin de se prononcer sur l'avenir de leur église.

Entre-temps, des récipients installés dans l'église pour recevoir les gouttes d'eau côtoient le bénitier.