Uber : Calgary réglemente, l'entreprise menace de quitter la ville

L'entreprise de covoiturage Uber est en désaccord avec le règlement adopté par la Ville de Calgary sur le covoiturage. L'entreprise de covoiturage Uber est en désaccord avec le règlement adopté par la Ville de Calgary sur le covoiturage.

Le conseil municipal de Calgary a adopté, lundi, un règlement qui permettrait à l'entreprise de covoiturage urbain Uber de faire affaire légalement dans la ville. Néanmoins, Uber, qui n'approuve pas les mesures votées, menace de quitter la métropole.

La semaine dernière, Edmonton est devenue la première ville au Canada à réglementer les entreprises de covoiturages comme Uber. Lundi, la Ville de Calgary, qui souhaite aussi élaborer un cadre réglementaire pour ces services, a adopté un règlement municipal. Uber, ou toute entreprise de covoiturage, devra suivre les étapes suivantes pour exercer leurs activités légalement dans la métropole :

  • Inspection des véhicules une fois par année, deux si le compteur dépasse les 50 000 kilomètres par année;
  • Paiement d'un permis annuel de 220 $;
  • Vérification des antécédents criminels par la police de Calgary;
  • Détention d'un permis commercial.

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, qui a toujours travaillé à l'implantation de nouveaux services de transports dans sa ville, a expliqué que ces nouvelles mesures ont été prises pour les passagers.

« Pour moi, c'est très important de mettre en place des règlements pour assurer que tous les gens qui conduisent pour Uber et que tous les passagers soient en sécurité. » — Naheed Nenshi, maire de Calgary

Pour sa part, Uber n'a pas caché son mécontentement et son désaccord envers le règlement adopté par les élus de Calgary. Le porte-parole de l'entreprise de covoiturage, Jean-Christophe de Le Rue, a expliqué qu'il s'agissait d'une triste journée pour les conducteurs et utilisateurs d'Uber.

« C'est une décision qui est aussi regrettable pour la Ville de Calgary, qui se retranche contre l'innovation. Aujourd'hui, le seul grand gagnant, c'est le monopole du taxi. » — Jean-Christophe de Le Rue, porte-parole d'Uber Canada
Jean-Christophe de Le Rue, directeur des communications d'Uber Canada, réagit à l'adoption d'une réglementation des services de covoiturage urbain par le conseil municipal de Calgary, le 22 février 2016. À moins de changement dans le règlement municipal, Uber ne reviendra pas à Calgary, a averti Jean-Christophe de Le Rue.  Photo :  ICi Radio-Canada

De leurs côtés, certaines associations de taxis de Calgary se réjouissent de ces mesures. Roger Richard, le président de Calgary Associated Cab, explique que les décisions prises par le conseil municipal sont justes et équitables. Selon lui, Uber est mécontent parce que l'entreprise n'a pas l'habitude de se voir imposer de tels règlements.

Si Uber a annoncé son intention de ne pas s'implanter à Calgary tant que ces mesures seront en vigueur, l'entreprise continuera néanmoins de faire la promotion de son service auprès de la municipalité pour tenter de revenir dans la métropole.