Le transport en commun est de moins en moins fiable à Edmonton

Des autobus de la Société des transports d'Edmonton. Des autobus de la Société des transports d'Edmonton.  Photo :  CBC

La fiabilité du transport en commun est en chute libre à Edmonton depuis 2012, affirme le vérificateur de la Ville dans son rapport publié jeudi.

David Wuin écrit que les autobus et le train léger ne sont pas généralement ponctuels. Ils peinent à arriver à une station au plus tôt cinq minutes avant l'heure indiquée et au plus tard une minute après l'heure indiquée. En 2014, la fiabilité du transport en commun a chuté à 58 %, ce qui est très loin de la norme prévue, soit 90 %.

« La baisse de la fiabilité signifie un risque accru de perdre des usagers, écrit le vérificateur. Les mesures prises pour améliorer la situation n'ont malheureusement pas amélioré les performances du système. »

Les causes

Les responsables de la Société de transport d'Edmonton (ETS) attribuent les retards aux personnes qui utilisent des équipements de déplacement ou qui ont des poussettes. Ils citent aussi les travaux de construction, l'augmentation de la congestion routière et l'encombrement des autobus.

Le vérificateur Wuin recommande à la ville d'ajouter des autobus articulés à sa flotte pour résoudre ce problème.

Un train sur la ligne Metro. Un train sur la ligne Metro.  Photo :  Lydia Neufeld/CBC

Le gérant d'ETS, Eddie Robar, assure que la Ville a entrepris une révision majeure en réponse au rapport du le vérificateur. « Nous éliminons les itinéraires les moins performants pour renforcer les itinéraires qui ont besoin d'un coup de pouce », dit-il.

Eddie Robar ajoute que la fin de l'installation d'une technologie intelligente dans les autobus permettra à ETS de se faire une meilleure idée des itinéraires en difficulté et de s'en expliquer au conseil municipal en 2017.

Agressions et sécurité

Le vérificateur municipal souligne néanmoins que le système de transport a amélioré son efficacité en matière d'accidents, car les collisions sont moins nombreuses que par le passé. Par contre, les comportements qui troublent la paix et les actes criminels ont augmenté. Les agressions, les menaces, les vols et les agressions sexuelles ont augmenté de 14 % de 2011 à 2014.

Un sondage effectué de la fin 2014 à la moitié de 2015 indique que les passagers disent qu'ils se sentent de moins en moins en sécurité dans le transport en commun et surtout aux stations d'autobus ou de LRT.

Eddie Robar dit que la Ville a envoyé davantage d'agents de la paix pour patrouiller les stations, les autobus et les trains légers dont six en 2015. Il croit que ce changement pourrait expliquer le nombre élevé d'incidents rapportés..

La Ville prépare par ailleurs des changements au logiciel d'ETS pour permettre aux usagers de rapporter rapidement leurs inquiétudes et pour mieux les informer sur ce qu'ETS offre en matière de sécurité.

Alberta en direct Afficher le fil complet