6700 cancers évitables annuellement en Alberta

Le tabagisme est le plus haut facteur d'incidence pour le cancer du poumon Le tabagisme est le plus haut facteur d'incidence pour le cancer du poumon  Photo :  Reuters/Eric Gaillard

Près de 6700 nouveaux cas de cancer seraient évités annuellement si les Albertains changeaient leur style de vie, selon une étude publiée par différents centres de recherche et de Service de santé Alberta.

Les chercheurs se sont penchés sur 24 facteurs de risques pour mener leur étude, dont le tabagisme, l'inactivité physique, le surplus de poids et l'alimentation.

Le cancer le plus meurtrier dans la province est le cancer du poumon. Dans 85 % des cas, il est lié au tabagisme.

L'inactivité physique ainsi que le surplus de poids se classent au deuxième et troisième rang des facteurs de risque les plus dangereux.

Selon la chercheuse Christine Friedenreich, faire de l'exercice, permet de réduire de 20 à 30 % le risque de développer un cancer.

« L'inactivité physique est liée au cancer du sein, du côlon, du poumon, de l'utérus. Ce sont les cancers les plus importants. » — Christine Friedenreich, chercheuse pour le centre de prévention des cancers et d'épidémologie en Alberta
La chercheuse Christine Friedenreich, centre de prévention des cancers et d'épidémiologie en Alberta La chercheuse Christine Friedenreich, centre de prévention des cancers et d'épidémiologie en Alberta  Photo :  ICI Radio-Canada

Quoi faire pour aider à prévenir les cancers

  • Faire des choix de santé sains et équilibrés
  • Consulter son médecin sur une base régulière et passer des tests de santé pour détecter les anomalies rapidement.
  • Aider notre communauté à faire des changements pour améliorer la santé et le bien-être de tous.

L'étude suggère entre autres que deux heures d'exercice modéré à intense par semaine, pour les femmes, réduisent de 5 % les risques d'avoir le cancer du sein.

L'équipe de chercheurs élargira son étude au reste du Canada dans le but d'élaborer de nouveaux programmes de prévention du cancer.

Pour mener leur étude, les chercheurs ont utilisé les données de 2012 fournies par Service de santé Alberta.

Alberta en direct Afficher le fil complet