Punaises de lit : Santé Canada met en garde contre l'utilisation de produits non homologués  

Des tablettes de phosphine comme celles qui sont mises en cause dans la mort de deux jeunes enfants de Fort McMurray. Des tablettes de phosphine comme celles qui sont mises en cause dans la mort de deux jeunes enfants de Fort McMurray.  Photo :  Radio-Canada

Santé Canada a publié un avertissement concernant la dangerosité des pesticides à base de phosphine, après la mort de deux enfants à Fort McMurray, intoxiqués par cette substance utilisée dans leur logement pour tuer des punaises de lit.

L'organisme fédéral souligne que ce pesticide est hautement toxique pour les animaux, mais aussi pour l'homme. Il rappelle que les pesticides à base de phosphine ne peuvent être vendus qu' « à des personnes détenant un certificat ou une licence d'opérateur antiparasitaire et qu'ils ne sont pas approuvés pour une utilisation contre les punaises de lit ».

Une exposition à la phosphine peut entraîner de graves blessures ou le décès, peut-on lire sur le site Internet de Santé Canada.

En début de semaine, six membres d'une même famille ont été intoxiqués à Fort McMurray dans le nord de l'Alberta. Un bébé de huit mois a succombé lundi, son frère de deux ans, hospitalisé dans un état grave, est mort jeudi.

Un autre enfant de 6 ans est encore à l'hôpital, alors que les deux autres enfants, de 4 et 7 ans, en sont sortis mercredi. Leur mère, qui avait été placée en observation, avait été la première à sortir de l'hôpital.

Santé Canada avertit les Canadiens du danger extrême de l'utilisation d'insecticides non homologués pour la lutte contre les punaises de lit, notamment ceux importés d'autres pays ou obtenus lors de voyages à l'étranger.

La phosphine utilisée à Fort McMurray avait été rapportée illégalement du Pakistan.

Alberta en direct Afficher le fil complet