Passager trouvé avec une bombe : le protocole ignoré

Le reportage de Julie Plourde

D'autres détails troublants font surface à propos du travail du personnel de sécurité qui a intercepté une bombe artisanale à l'aéroport d'Edmonton et a autorisé son jeune propriétaire à prendre son vol par la suite.

Le protocole de sécurité a été ignoré, ont révélé à CBC/Radio-Canada des sources disposant d'une connaissance directe des faits, dont des agents affectés au contrôle des bagages. Selon ces sources qui ont demandé à ne pas être identifiées parce qu'elles craignent de perdre leurs emplois, le personnel au contrôle a retiré la bombe de la machine à rayons X, et un agent a même tenté de la redonner à son jeune propriétaire, Skylar Murphy, qui l'a refusée et a pris son vol vers le Mexique.

Ces sources affirment que le personnel de sécurité aurait dû éteindre la machine à rayons X, déclencher l'alarme, appeler la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et sécuriser les lieux. Au lieu de cela, disent-elles, la bombe a été placée dans un contenant d'objets confisqués, comme des ciseaux ou du dentifrice, aux yeux du personnel de sécurité. Un agent qui a accepté de parler à Radio-Canada s'il n'était pas identifié dit qu'il a vu l'engin et que celui-ci ressemblait clairement à une bombe.

« Les gens ne se promènent pas avec un tuyau et deux embouts aux extrémités. C'est l'image même de ce qu'est une bombe tuyau, et c'est ce qui m'a alerté quand je l'ai vue. C'était si réaliste que j'en avais peur. » — Agent au contrôle des bagages

La bombe prise pour une pipe à eau

D'autre part, des sources à Ottawa confient que le personnel de sécurité a d'abord pris l'engin pour une pipe à eau et non une bombe tuyau. Selon ces sources, la bombe trouvée au fond d'un sac à caméra était enveloppée dans un autre sac, qui provenait d'un commerce de produits de la marijuana et qui arborait des feuilles de cannabis.

Le même jour, indiquent les sources, la bombe a été signalée à Garda, la firme de sécurité embauchée par l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA). Malgré cela, la bombe est demeurée dans un bureau du 20 septembre au 24 septembre, avant d'être finalement remarquée par un employé de l'ACSTA, qui a alerté la GRC.

Communiqué peu précis de la GRC

Par ailleurs, plusieurs sources croient que l'incident de septembre dernier aurait pu être rendu public plus tôt, si ce n'eut été de certaines informations non divulguées.

La GRC a diffusé un communiqué le 1er octobre, mais celui-ci mentionnait uniquement qu'une personne avait été prise en possession d'explosifs. Il ne faisait aucune mention d'une bombe tuyau, de l'aéroport, ou du laps de temps qui s'était écoulé entre la découverte de la bombe et le signalement à la GRC.

Skylar Murphy, 18 ans, a été arrêté à son retour du Mexique le 27 septembre. Il a plaidé coupable de possession d'une substance explosive et a été condamné à purger un an de probation, à payer une amende de 100 $ et à verser 500 $ au service de grands brûlés de l'Université de l'Alberta.