Neil Young en tournée contre les sables bitumineux

Neil Young à Toronto annonçant le début de sa tournée contre les sables bitumineux. Neil Young à Toronto annonçant le début de sa tournée contre les sables bitumineux.  Photo :  PC/Mark Blinch

L'artiste canadien Neil Young entame dimanche à Toronto sa tournée « Honour the Treaties », dont les recettes serviront à financer les frais juridiques d'une bataille contre l'expansion des sables bitumineux.

Les profits des concerts payeront les avocats des communautés autochtones dans leurs poursuites envers les gouvernements de l'Alberta et du Canada.

Le rocker, qui se produira également à Winnipeg, à Regina et à Calgary en janvier, affirme apporter son soutien aux Premières Nations en raison de l'impact dévastateur des gisements pétroliers sur l'environnement.

« Je vois un gouvernement hors de contrôle où l'argent est une priorité absolue. L'intégrité ne fait même pas partie du débat », a-t-il déclaré aux journalistes avant son concert au Massey Hall.

M. Young dit avoir visité un des 50 sites d'extraction de sables bitumineux en Alberta et qu'il n'a jamais vu quelque chose d'aussi « laid et destructeur ».

Soutien aux Autochtones

La série de concerts appuie la Première Nation Chipewyan d'Athabasca et son opposition au projet d'expansion de la mine Jackpine de Shell, à 70 kilomètres au nord de Fort McMurray.

La pétrolière veut rajouter 13 000 hectares aux 7500 hectares que couvrent déjà ses opérations.

La Première Nation soutient que ce projet détruit la faune, la flore, les espèces en péril et porte atteinte à ses droits ancestraux.

Le chef de la communauté Chipewyan d'Athabasca, Allan Adam, précise que les traités ne s'appliquent pas simplement aux Autochtones, mais qu'ils doivent aussi être respectés par tous les Canadiens.

M. Adam dit ne pas vouloir éliminer l'industrie pétrolière de la région. Il veut surtout un temps d'arrêt pour que soient mieux connus les effets des sables bitumineux sur l'environnement et la population.

Réponse d'Ottawa

Le bureau du premier ministre Stephen Harper répond que le secteur des richesses naturelles fait partie intrinsèque de l'économie canadienne. « Même une vedette rock dépend partiellement des richesses exploitées grâce au dur labeur de milliers de travailleurs canadiens », affirme le porte-parole de M. Harper.

Jason MacDonald affirme qu'Ottawa « va continuer à s'assurer que les lois environnementales et la réglementation canadiennes sont rigoureuses ».

Shell Canada, pour sa part, ajoute que son personnel rencontre fréquemment des représentants autochtones pour discuter de projets, de formation et d'activités culturelles.

En complément

  • alberta
    dossier -  Or noir à vendre L'exploitation des ressources pétrolières constitue le moteur de l'économie albertaine, mais des projets d'oléoducs actuellement en cours rencontrent de l'opposition.
  • Le reportage de Stéphane Blais
    alberta
    video -  Le reportage de Stéphane Blais

Alberta en direct Afficher le fil complet

Facebook