Plaidoyer pour un système universel de garderie au Canada

Garderie privée

Un récent jugement de la Cour fédérale met en lumière la nécessité de donner une réponse universelle à la pénurie de places en garderie, spécialement pour des parents qui ont des quarts de travail, affirment des experts de l'Université Mount Royal de Calgary.

Dans une décision rendue le 31 janvier, un juge fédéral a statué que les employeurs doivent accommoder raisonnablement leurs employés qui ont des obligations familiales liées à leurs enfants.

Selon le juge Leonard Mandamin, les requêtes pour faciliter la garde d'enfants relèvent non pas d'un choix de style de vie, mais de besoins légitimes.

La professeure Joanne Baxter, qui observe que trouver des places en garderie est devenu un casse-tête pour des parents, applaudit cette décision.

L'enseignante aux Études en petite enfance et jeunesse à l'Université Mount Royal réclame un système universel de garderie qui serait financé de la même manière que le secteur de l'éducation.

« Il est presque impossible d'obtenir des places en dehors de créneaux horaires habituels, de 7 h ou 8 h à 18 h. Parfois, la mère est disponible à telle heure, le père est disponible à telle autre heure, puis il faut demander l'aide d'un autre membre de famille ou d'un voisin. C'est tout un puzzle », note Mme Baxter.

Kim Lee, de l'Association de garderies en milieu familial de l'Alberta (Alberta Family Child Care Association), observe que la flexibilité n'est pas non plus offerte dans beaucoup de garderies en milieu familial.

« La demande est considérable et nous ne disposons peut-être que de 30 % d'employés pour organiser nos quarts de travail », explique Mme Lee.

S'il est déjà difficile de trouver des places de garderie, les coûts sont aussi de plus en plus prohibitifs pour des parents.

« Pour les mères monoparentales qui ont un quart de travail, mais pas la même flexibilité ni les mêmes revenus que leur employeur, les coûts de garderie les incitent à renoncer à leur emploi », explique Meera Nathwani-Crowe, une mère de trois enfants.

Alberta en direct Afficher le fil complet

    Facebook