L'Alberta devra faire des « choix difficiles », dit Redford

Alison Redford discute de l'état de l'économie albertaine durant une annonce télévisée, le 24 janvier 2013. La première ministre Alison Redford a discuté de l'état de l'économie albertaine durant une annonce télévisée, jeudi soir.  Photo :  Gouvernement de l'Alberta

La première ministre albertaine a averti la population que la province devra « faire des choix difficiles » en raison de la baisse des prix du pétrole qui affecte les coffres de l'État.

Alison Redford a fait cette déclaration lors d'une allocution télévisée, jeudi soir. Elle a toutefois ajouté que le gouvernement ne comptait pas « prendre la voie facile » en augmentant les impôts et qu'il tenterait d'abord de réduire ses dépenses et de trouver de nouveaux marchés pour le pétrole albertain.

« Certains services et programmes vont changer, surtout ceux qui ne sont pas durables à long terme » a-t-elle affirmé lors de son allocution de huit minutes.

Mme Redford a passé la première partie de sa déclaration à expliquer que la fluctuation des prix du pétrole avait provoqué la baisse des redevances. Ces dernières constituent le tiers du budget de la province. Elle a notamment montré du doigt la hausse de la production aux États-Unis.

« La bulle bitumineuse signifie que le gouvernement de l'Alberta récoltera environ 6 milliards de dollars de revenus en moins, seulement cette année », a expliqué Mme Redford, ajoutant que ce montant était à peu près équivalent au budget provincial annuel en éducation.

La première ministre a souligné qu'elle entendait limiter les dépenses, sans pour autant couper dans les programmes. Elle a toutefois ajouté que 95 000 personnes s'étaient installées en Alberta l'an dernier, et qu'il serait par conséquent difficile de ne pas augmenter les dépenses.

Alberta en direct Afficher le fil complet

Facebook