Les réformes électorales inquiètent les francophones du Canada

Marie-France Kenny (centre) lors de la réunion à Ottawa Marie-France Kenny (centre) lors de la réunion à Ottawa  Photo :  Mylène Crête

Le poids politique des francophones du Canada a été au coeur de discussions de la 37e assemblée générale annuelle de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) organisée samedi à Ottawa.

Les participants ont exprimé une inquiétude devant deux réformes politiques du gouvernement de Stephen Harper.

Une réforme du Sénat pourrait imposer une limite à la durée du mandat des sénateurs qui seraient également soumis à des votes consultatifs auprès de leurs électeurs provinciaux.

Le résultat étant que les îlots francophones répartis au Canada auraient moins de chance d'élire un sénateur proche de leurs préoccupations en raison de la prépondérance anglophone au pays.

Pour résoudre cette inquiétude, la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny, propose que soit réservé un poste de sénateur par province et un pour les territoires afin de s'assurer que les projets de loi du Sénat reflètent bien les intérêts des francophones et des Acadiens.

Le redécoupage sème des craintes

Deuxièmement, les francophones ont peur que les communautés francophones hors du Québec soient diluées par le redécoupage des cartes électorales qui doivent accueillir 30 députés supplémentaires lors des prochaines élections fédérales prévues en 2015.

Les nouveaux députés seront choisis en Alberta, en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec.

Ils feront passer à 338 le nombre de sièges à la Chambre des communes.

Deux Franco-Manitobaines ont été réélues au conseil d'administration de la FCFA. Sylviane Lanthier a été reconduite dans ses fonctions de vice-présidente et Mona Audet dans celles de trésorière.

Alberta en direct Afficher le fil complet

Facebook