Fracturation hydraulique : une Albertaine poursuit sa province et EnCana

Jessica Ernst Jessica Ernst

Une résidente de l'Alberta réclame 33 millions de dollars à la compagnie gazière EnCana et le gouvernement provincial à cause de la contamination de son puits artésien.

Jessica Ernst, 54 ans, affirme que son eau est devenue inflammable à cause de la fracturation hydraulique, une technique utilisée pour l'exploitation du gaz naturel.

Depuis 2001, EnCana exploite du méthane dans la formation Horseshoe Canyon, au centre de la province, grâce à ce système d'extraction.

Ce n'est qu'en 2005, que Mme Ernst a détecté du méthane dans son puits, alors qu'EnCana forait pour exploiter ce gaz à Rosebud, au sud de Drumheller, en Alberta.

Dans sa poursuite, elle accuse le ministère de l'Environnement et la Régie de contrôle des ressources énergétiques de la province d'avoir voulu cacher la situation en refusant d'enquêter sur la cause de la pollution de son puits.

En 2008, des chercheurs du Conseil de la recherche de l'Alberta concluaient que la fuite de méthane dans l'eau s'est produite naturellement et que cela est arrivé à plusieurs endroits dans la province.

Mme Ernst demande plus de 10 millions de dollars de chacune des parties poursuivies : EnCana, le gouvernement de l'Alberta et la Régie de contrôle des ressources énergétiques de la province.

Cette poursuite survient un mois après que le gouvernement du Québec eut imposé une évaluation environnementale sur la fracturation hydraulique.

Selon l'avocat de la plaignante, Murray Klippenstein, cette décision du gouvernement québécois aide sa cliente.

En complément

Alberta en direct Afficher le fil complet