Vague de solidarité des MRC et des villes pour le maintien des Centres de la petite enfance

Mobilisation pour le maintien du réseau des CPE Mobilisation pour le maintien du réseau des CPE  Photo :  ICI Radio-Canada/Michel Aspirot

Après les parents et les groupes communautaires, c'est maintenant au tour des villes et des MRC de signifier leur appui aux centres de la petite enfance (CPE) dans leur bras de fer avec le gouvernement, qui souhaite leur imposer de nouvelles compressions budgétaires de l'ordre de 120 millions de dollars, après une première ponction de 74 millions de dollars dans le budget du réseau l'an dernier.

Réunis en assemblée mercredi soir, les maires du Témiscamingue ont voté, mercredi soir, une résolution d'appui envers les CPE de la région. Le conseil de la MRC Témiscamingue veut s'assurer que les particularités de la région soient prises en considération par Québec.

« Avec ce qu'on voit, ce n'est pas simplement des efforts budgétaires qu'on fait, ce sont des pertes de services qu'on exige à une population, c'est ça qui est inacceptable de notre part, explique le préfet Arnaud Warolin. On espère avoir rapidement des réponses claires de la part du gouvernement sur les coupures [sic] et [sur] ce qui va être mis en place afin de nous assurer d'un service de qualité qui va perdurer dans le temps dans nos régions. »

Le manque à gagner sera d'environ 250 000$ en 2016 pour le CPE le Coffre aux Trésors. Le manque à gagner sera d'environ 250 000$ en 2016 pour le CPE le Coffre aux Trésors.  Photo :  ICI Radio-Canada

Pour la directrice générale du CPE Chez Caliméro de Ville-Marie, l'appui de la MRC va aider à faire valoir leur point de vue. Francine Champoux cherche maintenant le soutien des communautés autochtones du Témiscamingue.

« J'ai une rencontre dans les prochains jours avec les gens des Premières nations pour essayer de voir avec eux de quelle façon on peut avoir une mobilisation et un soutien pour notre mobilisation, explique Mme Champoux. Est-ce que chacun des conseils de bandes peut faire une résolution disant qu'il appuie les CPE dans leurs demandes? »

Villes solidaires

Dans la Vallée-de-l'Or, les villes de Malartic et de Val-d'Or ont également adopté une résolution en solidarité avec les CPE de la région. En entrevue ce matin, le maire de Val-d'Or déplorait aussi que les petits centres, notamment ceux qui se trouvent en région, soient dans la mire du gouvernement en raison de critères strictement financiers. Pierre Corbeil croit pourtant que l'enjeu social lié au maintien de ces services va au-delà des chiffres.

« Ce que le conseil de ville de Val-d'Or craint, c'est le cumul de ces compressions-là au fil du temps. » — Pierre Corbeil, maire de Val-d'Or

« C'est un enjeu de développement social important, poursuit le maire. Il faut aller au-delà de la politique partisane là-dessus parce qu'on pense que si on donne les outils à nos jeunes pour mieux se développer en partant, ça va faire des citoyens peut-être un peu moins en difficultés plus tard. »

En Abitibi-Ouest, la municipalité de Palmarolle a également adopté une résolution en ce sens.

Abitibi–Témiscamingue en direct Afficher le fil complet