Terres rares : un projet viable selon Matamec

Le site du projet de terres rares de Matamec à Kipawa Le site du projet de terres rares de Matamec à Kipawa (archives)  Photo :  Claude Bouchard

L'entreprise Matamec ira de l'avant avec son projet minier de terres rares à Kipawa, au Témiscamingue, et confirme son potentiel.

Selon la compagnie, l'étude de faisabilité démontre que le projet est techniquement et économiquement viable. Sa durée de vie estimée a augmenté par rapport à ce qui avait été annoncé dans l'étude économique préliminaire. Elle est maintenant de 15 ans.

Les réserves minérales sont toujours estimées à près de 20 millions de tonnes, mais l'entreprise prévoit extraire 3650 tonnes par jour, une quantité moins importante que ce qui avait été annoncé dans l'étude préliminaire.

Les terres rares sont des métaux très convoités. Elles sont utilisées entre autres dans la fabrication des téléphones cellulaires, des éoliennes et des voitures hybrides.

Les dirigeants de Matamec maintiennent le cap et souhaitent entreprendre la construction de la mine en 2015, pour que la production puisse commencer à la fin de 2016. Ils doivent toutefois obtenir tous les permis nécessaires.

Manifestations

Trois manifestations sont prévues mercredi au Témiscamingue en lien avec ce projet minier, qui soulève des inquiétudes dans le secteur. Elles se dérouleront à Kipawa, Laniel et Témiscaming.

Les manifestants demandent entre autres au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) de se pencher sur le projet de terres rares à Kipawa.

Abitibi–Témiscamingue en direct Afficher le fil complet

Facebook