L'analphabétisme, une réalité au Témiscamingue

L'intervenante Nathalie Côté enseigne des notions de traitement de texte à une dame qui fréquente l'organisme Alpha-Témis. L'intervenante Nathalie Côté enseigne des notions de traitement de texte à une dame qui fréquente l'organisme Alpha-Témis.  Photo :  Godefroy Macaire Chabi


Des intervenants du Témiscamingue font de l'alphabétisation leur cheval de bataille.

L'organisme Alpha-Témis s'est donné comme objectif de favoriser l'intégration au travail et dans la société des personnes analphabètes. « Aujourd'hui, c'est un cours sur le traitement texte, mais on fait aussi des cours sur l'Internet, de l'alphabétisation, du français et tout », explique l'intervenante Nathalie Côté.

Au Québec, près de 16 % de la population ne sait ni lire ni écrire. L'Abitibi-Témiscamingue fait partie des régions où il y a le plus grand nombre d'analphabètes.

Même si Alpha-Témis a reçu 500 demandes pour des ateliers d'informatique l'an passé, l'organisme a décidé de mettre l'accent sur l'alphabétisation. « On reçoit des gens qui veulent vraiment se diriger vers le milieu du travail, mais qui doivent auparavant recevoir des ateliers en alphabétisation », indique la coordonnatrice, Nancy Peers. « Il y a certaines personnes qui décident, après avoir fréquenté nos ateliers, de persévérer pour aller chercher leur diplôme aux études secondaires », ajoute-t-elle.

« On n'entend pas beaucoup parler des personnes analphabètes au Témiscamingue, on n'a même pas encore de statistiques, tellement c'est un sujet qui est honteux pour la plupart des gens. » — Nancy Peers, coordonnatrice de l'organisme Alpha-Témis