Abandon d'un projet d'uranium dans le Nord

Une mine d'uranium Une mine d'uranium (archives)  Photo :  AFP/DAVID BOILY


Ressources Abitex, une entreprise minière de Val-d'Or, abandonne sa participation dans le projet d'uranium Lavoie, situé dans les monts Otish, dans le Nord-du-Québec.

Elle n'a pas réussi à respecter la promesse qu'elle a faite à ses partenaires d'investir quatre millions de dollars dans le projet l'an dernier, car les investisseurs ne sont pas au rendez-vous.

Le marché de l'uranium vit des moments difficiles à la bourse, comme l'explique le président et chef de la direction de Ressources Abitex, Yves Rougerie : « Le marché de l'uranium, à la suite du krach de 2008, à la suite de l'accident de Fukushima en 2010, à la suite du krach européen de 2011, n'est pas bon. Les investisseurs ne voient pas un retour sur leurs investissements à un terme relativement court. »

La filière uranifère dans l'incertitude

Selon Marc-André Bernier, conseiller technique et administrateur pour l'entreprise Majescor, plusieurs compagnies minières qui explorent des gisements d'uranium ont suspendu leurs activités en attendant la décision du gouvernement du Québec concernant le projet Matoush de Strateco. « Il y a deux phénomènes qui affectent l'industrie de l'uranium au Québec : cette incertitude économique mondiale qui rend le financement difficile et ce marteau qui nous pèse sur la tête quant à la décision du gouvernement du Québec », soutient-il.

Pour forcer le ministère de l'Environnement à rendre une décision concernant son projet uranifère Matoush, la compagnie Strateco s'est adressée aux tribunaux. Les deux parties se retrouveront en cour le 8 février.