Coûts de construction élevés : Québec doit majorer ses budgets

Un chantier de construction Un chantier de construction (archives)  Photo :  PC/AP Photo/Julie Jacobson


Les coûts de construction élevés en Abitibi-Témiscamingue forcent Québec à majorer de 15 % les budgets qu'il accorde aux projets publics dans la région.

La rectrice de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Johanne Jean, confirme que les coûts de construction sont nettement plus élevés dans la région que dans les grands centres : « On l'a bien vu avec le projet des résidences : 120 $ le pied carré [à Trois-Rivières], comparativement à 175 $ le pied carré. C'est le même modèle de résidences. Il n'y a rien qui n'est pas pareil. »

Plusieurs pensent que cette majoration de 15 % n'est pas suffisante. C'est le cas de l'architecte et promoteur Guy Leclerc. « Ça fait 30 ans que je pratique en région, mais ça n'a jamais été suffisant ; c'est plutôt 20 % qui devrait être majoré », soutient-il.

Diverses raisons expliquent ces coûts élevés, selon le ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue, François Gendron. « On a moins d'entrepreneurs, il y a moins de concurrence, et quand la concurrence est moins forte, les gens peuvent prendre des marges bénéficiaires un peu plus élevées », explique-t-il.

Le directeur général de la Ville de Val-d'Or, Guy Faucher, a quant à lui une autre explication : « On sait qu'il y a de la collusion. C'est lié à ce qui se passe maintenant. »