Prison d'Amos : le dossier refait surface

Les mains d'un détenu sur les barreaux d'une cellule Les mains d'un détenu sur les barreaux d'une cellule (archives)


Le dossier de la prison d'Amos refait surface avec la publication d'un article dans le journal La Presse.

Dans ce texte, il est écrit : « Trois des quatre projets de centre de détention dans les cartons du gouvernement Marois resteront en plan pour au moins deux ou trois ans encore. Seul l'établissement prévu à Roberval, dont la construction est amorcée, sera réalisé à court terme. ».

La Ville d'Amos attend depuis longtemps son centre de détention. Le maire Ulrick Chérubin affirme qu'il n'a rien appris de nouveau dans cet article.

« Je vais me battre à mort pour que le projet d'Amos débute au mois de mars! » — Ulrick Chérubin, maire d'Amos

Le vice premier ministre et député d'Abitibi-Ouest, François Gendron, affirme avoir communiqué avec Ulrick Chérubin vendredi matin.

Il a démenti les informations contenues dans l'article de Denis Lessard : « Ce dossier-là a dû être placé là où il l'a été pour des motifs de dépenses non programmées par rapport à l'impact sur les finances publiques plus collusion et corruption. Rapidement, on a pu dire que le dossier d'Amos n'est pas concerné par la collusion ou la corruption. Il faudra donc le remettre sur les rails, mais au moment où on sera en mesure de le faire. »

Le ministre québécois de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, affirme quant à lui qu'il n'y a aucun problème dans le dossier de la prison d'Amos. Il soupçonne le président du syndicat des agents correctionnels d'être la source du journaliste. « [Le président du syndicat], depuis deux semaines, se répand dans les médias pour dénoncer ci, dénoncer cela, et chaque fois, ça a donné lieu à des articles sensationnalistes dans La Presse », soutient-il.

Abitibi–Témiscamingue en direct Afficher le fil complet

    Facebook