Réseau ferroviaire: des élus souhaitent lui redonner ses lettres de noblesse

Un train du CN Un train du CN  Photo :  PC/Andrew Vaughan

Plusieurs voix s'élèvent en Abitibi-Témiscamingue pour demander une plus grande utilisation du réseau ferroviaire. Cependant, d'importants travaux de réparation ou d'amélioration du réseau sont requis.

Ces revendications arrivent dans un contexte où la région célébrera, en 2013, le 100e anniversaire de la présence du chemin de fer transcontinental sur son territoire.

C'est en 1913 que Senneterre a vu la jonction se faire entre les tronçons Est et Ouest du chemin de fer transcontinental en Abitibi.

Jean-Maurice Matte admet, par contre, que le réseau ferroviaire a été délaissé depuis les dernières décennies.

« Dans les années 90 surtout, on a senti un relâchement au niveau de l'entretien. Et ce, autant au niveau de la voie ferrée que des équipements qui étaient disponibles pour les entreprises de la région. » — Maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte

Selon lui, le Canadien National a tout de même envoyé quelques signaux encourageants depuis les dernières années.



Pression des élus

Pour le président de la Conférence régionale des élus de l'Abitibi-Témiscamingue, Ulrick Chérubin, il est impératif que le chemin de fer retrouve ses lettres de noblesse.

« Ça nous met dans une situation, où il faut mener toute une bataille pour que le chemin de fer retrouve ses lettres de noblesse. » — Ulrick Chérubin

Ce point de vue est aussi partagé par le préfet de la MRC d'Abitibi, Jacques Riopel.

« C'est un des créneaux qu'on a laissé tomber en Abitibi-Témiscamingue. Les voies ferrées, on pourrait les valoriser beaucoup plus, ça économiserait nos circuits routiers et diminuerait le CO2 dégagé. » — Jacques Riopel

Depuis les dernières années, des entreprises privées, comme Propane Nord-Ouest et Dumas, ont investi dans des infrastructures ferroviaires.

Par contre, à moyen terme, la réfection et l'amélioration du réseau ferroviaire demanderont une importante coordination, surtout entre les nombreux acteurs municipaux et l'entreprise privée.

Abitibi–Témiscamingue en direct Afficher le fil complet

Facebook