Le bio en perte de vitesse

Un panier de légumes biologiques Un panier de légumes biologiques

Le nombre de producteurs ayant obtenu la certification biologique diminue en Abitibi-Témiscamingue depuis quelques années. Seulement sept de ces producteurs sont encore présents dans la région, alors qu'il y en avait une vingtaine auparavant.

Malgré tout, la productrice Annie Boivin sent un engouement pour les produits biologiques. « On reçoit des gens de tous les milieux, qui ont les mêmes valeurs de respecter l'environnement et de manger des légumes qui sont produits localement », dit-elle.

Annie Boivin et son conjoint produisent des légumes biologiques à la Néoferme d'la Turlutte de La Motte. « On ne peut pas dire qu'on vit de notre ferme, mais on stabilise notre production afin d'y arriver », ajoute-t-elle.

Un marché en croissance

Le conseiller expert en agriculture biologique au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Nicolas Turgeon, observe lui aussi la croissance du marché des produits biologiques. « Au cours de la prochaine année, la production laitière bio devrait croître de 10 %, dit-il. Quant aux céréales, il y a plusieurs producteurs en production animale qui doivent s'approvisionner en Chine ou en Inde pour le bio. Pour les fruits et légumes, la croissance est tout le temps là. »

La mise en marché demeure toutefois un défi important, selon le professeur au Département d'économie agroalimentaire de l'Université Laval, Jean-Claude Dufour. « Le produit biologique n'est pas un produit de grand volume, alors il est un peu perdu dans la grande distribution », laisse-t-il entendre.

Les producteurs biologiques doivent respecter plusieurs normes, notamment ne pas utiliser de pesticides, d'hormones de croissance ou d'organisme génétiquement modifiés.

Pour démontrer les possibilités qui existent dans ce domaine, le Réseau agriconseil de l'Abitibi-Témiscamingue a organisé, mercredi, une journée consacrée aux produits biologiques et différenciés.

Abitibi–Témiscamingue en direct Afficher le fil complet