La présidence d'honneur du Salon du livre contestée

Salon international du livre de Québec Salon international du livre de Québec

Le président des éditions Québec Amérique fait une sortie en règle contre le Salon international du livre de Québec. Jacques Fortin reproche à la direction de l'événement d'avoir choisi l'écrivain français Marc Lévy comme président d'honneur de la prochaine édition.

L'éditeur déplore que la direction ait préféré un écrivain étranger à un auteur québécois. Il suggère même à Marc Lévy de refuser l'invitation. « En acceptant cette présidence-là, il cautionne l'attitude de la direction du salon, alors il se fait un peu complice de l'injure et de l'affront qui est fait à l'ensemble de l'édition québécoise », déclare M. Fortin.

Le président des éditions Québec Amérique relance ainsi la polémique suscitée par les propos du PDG du Salon du livre, au printemps dernier. Phillipe Sauvageau s'était alors attiré les foudres des auteurs régionaux en laissant entendre que les candidats qui avaient suffisamment d'envergure pour devenir présidents d'honneur de l'événement se faisaient rares dans la capitale nationale.

La direction du Salon du livre s'était ensuite excusée publiquement pour cette remarque. Le président du conseil d'administration du Salon international du livre de Québec, John Keyes, indique d'ailleurs qu'une nouvelle collaboration avec les écrivains de Québec a été mise en place à la suite de l'incident.

« Je suis surpris parce que je croyais que les excuses et le travail que le salon a fait depuis démontraient bien notre bonne foi, notre volonté et notre engagement envers les auteurs et les écrivains du Québec dans notre programmation. Je croyais, comme notre conseil d'administration, qu'on pouvait regarder vers l'avenir », a-t-il affirmé.

Or, Jacques Fortin aurait espéré qu'au-delà des excuses, la direction nomme un auteur de Québec au titre de président d'honneur. Il réprouve ce qu'il qualifie d' « attitude de colonisé ».

John Keyes réplique que les auteurs de la région pourraient, au contraire, profiter de la visibilité qu'offrira Marc Lévy à l'événement. « Il n'y a absolument rien de colonisé à inviter l'auteur français le plus connu dans le monde à venir fêter le livre avec les lecteurs de Québec », soutient-il.

Peu importe l'issue de sa requête à M. Lévy, Jacques Fortin n'a pas l'intention de boycotter l'événement, puisque, dit-il, ce ne serait pas rendre service aux auteurs.

Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook