Alain Perreault en appel pour le meurtre de Lyne Massicotte

Alain Perreault en appel pour le meurtre de Lyne Massicotte

La Cour d'appel s'est penchée jeudi sur la requête d'Alain Perreault, qui a été condamné pour le meurtre de Lyne Massicotte, survenu en juillet 2003.

L'avocat d'Alain Perreault a invoqué une vingtaine d'arguments pour demander à la Cour d'appel de casser le verdict de culpabilité rendu en février 2011. Me Stéphane Beaudoin a fait valoir, entre autres, que le juge Jean-Claude Beaulieu, de la Cour supérieure, a erré dans son adresse au jury en plus de faire preuve de partialité durant tout le procès.

L'avocat d'Alain Perreault croit que le juge aurait dû intervenir lorsque le public a applaudi à la fin de la plaidoirie de la Couronne. Les applaudissements auraient, à son avis, influencé le jury.

Me Beaudoin a aussi fait valoir que le juge aurait commis une erreur de droit en refusant la requête en avortement du procès, alors que le jury « était contaminé et incapable d'être impartial ».

Admissibilité en preuve d'une vidéo

L'argument principal invoqué pour demander l'appel demeure cependant l'admissibilité en preuve d'une vidéo des aveux de l'accusé à un agent d'infiltration de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), pour lequel Alain Perreault croyait travailler. Me Beaudoin demande même à la Cour d'appel d'annuler l'autorisation de diffuser la vidéo dans les médias.

Il s'appuie sur une décision récente de la Cour d'appel de Terre-Neuve, qui vient d'ordonner un nouveau procès pour un homme trouvé coupable d'un double meurtre. « Et il y a plusieurs éléments de cette opération-là qui ressemble beaucoup aux faits dans l'affaire d'Alain Perreault », affirme Me Beaudoin.

Selon lui, les aveux d'Alain Perreault ne peuvent servir de preuve. Ce dernier a prétendu au procès qu'il avait inventé l'histoire pour impressionner le grand patron d'une organisation criminelle. Il s'adressait en fait à un agent d'infiltration de la GRC.

« Il doit y avoir des limites qui ne doivent pas être franchies. Donc, ce n'est pas parce que l'opération est légale que les policiers peuvent faire n'importe quoi et utiliser n'importe quelles tactiques pour arriver à leurs fins », souligne-t-il.

De son côté, la Couronne a répliqué que d'autres éléments de preuve ont permis d'incriminer Alain Perreault, aujourd'hui âgé de 50 ans.

Les juges de la Cour d'appel de Québec ont mis la cause en délibéré. Comme la cause similaire de Terre-Neuve a été portée devant la Cour suprême, les juges de Québec pourraient attendre que le plus haut tribunal du pays tranche la question avant de faire connaître leur décision.

Alain Perreault a été condamné à l'emprisonnement à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. L'homme de 50 ans a assassiné Lyne Massicotte, venue lui rendre visite à Québec en 2003.

Le corps de la femme de Chambly n'a jamais été retrouvé.