Matériel de pornographie juvénile : Alain Rainville tente de se justifier

Alain Rainville Alain Rainville

Alain Rainville, un résident de L'Ange-Gardien arrêté avec une quantité impressionnante de matériel de pornographie juvénile, a tenté d'atténuer la portée de ses gestes à l'étape de la détermination de sa peine. Il a témoigné, mercredi, au palais de justice de Québec.

L'homme de 63 ans a plaidé coupable, en août 2011, d'avoir eu en sa possession plus de 70 000 photos et vidéos. Ayant fait carrière comme archiviste au gouvernement fédéral, l'historien de formation a expliqué que c'est pour lui une déformation professionnelle d'accumuler des documents avant d'en faire le tri.

Alain Rainville affirme qu'une pulsion l'a poussé à accumuler le matériel, mais qu'il n'a pas pris le temps de le regarder. Selon lui, s'il l'avait fait, il aurait détruit les fichiers puisque les images étaient dégradantes.

L'homme s'est décrit comme étant un homosexuel qui ne s'accepte pas, et qui a mené une vie solitaire jusqu'à ce qu'Internet le rendre dépendant.

La Couronne réclame 18 mois de prison, tandis que la défense suggère six mois. Le juge a mis la cause en délibéré.

Alain Rainville connaîtra sa peine le 9 avril.