Carnaval de Québec: faits d'hiver

Le coût de l'effigie du Carnaval ne fait pas l'unanimité

Le coût de l'effigie du Carnaval ne fait pas l'unanimité

Au moment où le 59e Carnaval de Québec bat son plein, le coût de l'effigie pour accéder au site où se trouve le Palais de glace sur les plaines d'Abraham ne semble pas faire l'unanimité. À 15 $, certains jugent qu'il s'agit d'un montant qui est peut-être un peu trop élevé pour les familles.

C'est le cas de Dominic Coulombe. En plus de l'effigie, une famille doit débourser d'autres frais lorsqu'elle vient participer aux activités carnavalesques, fait-il remarquer. « Le stationnement n'est pas nécessairement évident dans le coin, il faut payer », dit M. Coulombe.

De son côté, Alain Winter, président du Carnaval de Québec, dit ne pas craindre une baisse de l'achalandage en raison du prix de l'effigie. « Les Québécois sont toujours au rendez-vous, les Québécois de Québec sont au rendez-vous », assure-t-il.

M. Winter affirme que l'achat de l'effigie assure la survie du Carnaval. « C'est la seule façon, vraiment, pour les carnavaleux, de supporter le Carnaval. »

Une manne pour Québec

Le Carnaval de Québec représente une manne touristique en plein hiver dans la Capitale-Nationale. Les fins de semaine de festivités, le taux d'occupation double ou triple dans les hôtels du centre-ville.

Alain Dufour, directeur des ventes à l'Hôtel Loews Le Concorde, peut en témoigner. « Cette semaine, on a un groupe de 200 skieurs des États-Unis qui sont ici et qui seraient probablement ailleurs, dans d'autres destinations, si on n'avait pas le Carnaval », affirme-t-il.

Alain Girard, directeur général de l'Hôtel Château Laurier Alain Girard, directeur général de l'Hôtel Château Laurier

Cette situation fait dire à des hôteliers qu'il serait temps d'investir davantage dans l'hiver québécois.

Certains d'entre eux, comme le directeur général de l'Hôtel Château Laurier, Alain Girard, estiment qu'il faudrait revoir la façon de financer le Carnaval si on souhaite attirer davantage de visiteurs dans la Vieille Capitale.

« Au lieu de dépenser notre argent à coup de 5 millions par année au Moulin à images, au Cirque du Soleil, on devrait bien plus en donner au Carnaval. Je pense que ce serait beaucoup plus rentable et l'impact serait immédiat », dit M. Girard.

Québec en direct Afficher le fil complet

    Facebook