Les coûts cachés du cancer du sein

Les coûts insoupçonnés du cancer du sein

Souffrir d'un cancer du sein peut représenter une source de stress financier pour les patientes. Une étude menée par des chercheurs de l'Université Laval révèle que les femmes atteintes d'un cancer du sein doivent débourser en moyenne 1600 $ pour couvrir certains frais non remboursés pendant l'année qui suit le diagnostic. Une dépense à laquelle il faut ajouter une perte de revenu estimée à 27 %, selon l'étude.

Les chercheurs ont évalué les frais assumés par plus de 800 Québécoises atteintes du cancer. Les femmes qui doivent parcourir plusieurs kilomètres pour obtenir leur traitement, par exemple, sont souvent celles qui auront à débourser plus d'argent.

« On a identifié des femmes qui étaient à risque d'avoir des coûts beaucoup plus élevés particulièrement les femmes qui vivaient à une plus grande distance du centre de traitement », note l'auteure principale de cette étude, Sophie Lauzier, professeure adjointe à la Faculté de pharmacie de l'Université Laval.

La perte de revenus peut également être importante pour certaines patientes. « Au cours de la première année, on a estimé que les femmes, après un premier diagnostic, ont perdu en moyenne 27 % du salaire qu'elles auraient gagné si elles ne s'étaient pas absentées en raison de leur cancer du sein », poursuit la chercheuse.

Certaines femmes bénéficient de compensation financière du gouvernement ainsi que de remboursements de leur assureur privé, mais il leur reste une partie de la facture à éponger. C'est le cas de Marie-France Paquette qui a reçu il y a près de cinq ans un diagnostic de cancer aux deux seins. « Le gouvernement défraie 200 $ pour une prothèse, mais ça coûte plus cher que ça. L'assurance en paye une partie », explique-t-elle.

L'étude révèle que près de 10 % des répondantes disent avoir eu de la difficulté à subvenir à leurs besoins de base.

Ces résultats démontrent l'importance de maintenir et d'améliorer les conditions des patientes, selon les auteurs. « Certains programmes de soutien qui sont offerts ont réellement contribué à réduire le montant que doivent débourser les femmes atteintes de cancer », indique Sophie Lauzier.

Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook