Un touchant film d'animation pour contrer l'intimidation

Le reportage de Pascal Poinlane

Une élève de l'École secondaire de Rochebelle dans le secteur Sainte-Foy, a réalisé un film d'animation sur l'intimidation qui attire beaucoup d'attention sur internet. La vidéo très touchante d'Odile Desaulniers été vue par plus de 10 000 internautes en moins d'une semaine.

« Pour moi, l'intimidation, c'est un sujet assez important. Je trouve qu'on n'en parle pas assez ou quand on en parle, c'est souvent mal expliqué », raconte la jeune cinéaste qui a décidé d'aborder le problème pour son projet de fin d'année.

Par des dessins qu'elle a elle-même réalisés, puis filmés pour en faire une animation, l'élève de secondaire 5 raconte l'histoire d'une jeune fille victime d'intimidation qui tentera de s'enlever la vie. Mais le film se termine sur une note d'espoir, une main tendue vers la jeune victime. « Comme il y a un élément surprenant, choc, troublant à la fin, ça vient toucher les gens, ça les fait réfléchir sur le sujet au lieu de leur passer par dessus la tête », explique Odile Desaulniers.

L'adolescente a mis la vidéo de 2 minutes 58 mercredi dernier sur le groupe Facebook de sa classe pour avoir les commentaires de ses camarades. Le lien a été partagé par plusieurs d'entre eux. Résultat : plus de 10 300 internautes l'avaient visionné mardi après-midi. « Ça me fait vraiment plaisir que le monde puisse voir mon travail . »

Dans sa classe, la vidéo ne laisse aucun élève indifférent. « J'ai un coeur de pierre et ça ma touché, c'était bien fait, bien réalisé », reconnaît Wissam Goghrod,un élève. « On était 20 jeunes, on l'a applaudi, on l'a recommencé trois fois », renchérit une autre camarade, Julia Lemay. « Toutes les fois que je l'écoute, j'ai des frissons », ajoute Florence Reid.

Une des professeures d'Odile croit que cette vidéo pourrait faire réfléchir certains élèves. « J'ai l'impression que ça va peut-être les amener à porter plus attention à ce qui les entoure, à voir comment ils peuvent faire la différence, changer quelque chose, donner de l'espoir à ceux qui en sont peut-être victime », mentionne Caroline Cloutier.

La jeune fille veut soumettre son film à un concours de jeunes cinéastes.