Sept morts dans un écrasement d'avion

Jeannot Harvey, président de la firme Cegerco, s'adresse aux médias.

Un petit avion s'est écrasé mercredi matin près de l'Aéroport international Jean-Lesage, à Québec. Les sept personnes à bord, cinq passagers et deux membres d'équipage, ont été tuées.

Un appareil de la compagnie Aéropro s'est écrasé près de l'Aéroport international Jean-Lesage peu après son décollage. Les sept personnes à bord ont été tuées. Le Bureau de la sécurité des transports a ouvert une enquête.

Un employé de la firme Cegerco de Saguenay est mort dans l'écrasement d'avion. Il s'agit de Normand Tremblay, qui travaillait pour l'entreprise depuis 12 ans. L'identité des autres victimes n'est pas encore dévoilée. Deux architectes et deux fonctionnaires fédéraux étaient notamment à bord de l'appareil.

Une ligne téléphonique d'urgence a été mise en place afin de soutenir les familles des victimes. Elles peuvent composer le 418 573-2945.

Le premier ministre Jean Charest s'est dit attristé par cette tragédie. Il transmet ses condoléances aux familles des victimes. « Je pense aux sept familles qui seront affligées par la mort d'un proche qui arrive comme ça, soudainement, sans s'annoncer », a souligné le premier ministre.

Panne de moteur

L'appareil, un bimoteur Beechcraft King Air de la compagnie Aéropro, devait se rendre à Sept-Îles.

L'accident est survenu peu après le décollage, vers 6 h. L'appareil s'est écrasé dans la cour arrière d'une résidence de l'arrondissement de Sainte-Foy, au nord-ouest de l'aéroport. Il a ensuite pris feu.

Policiers et pompiers se sont déplacés sur les lieux. Ils ont rapidement tenté de réduire l'intensité de l'incendie, mais n'ont pu que constater le décès des occupants de l'appareil.

L'entretien avec Yvan-Miville Des Chênes, expert en aviation civile

Selon les conversations entre la tour de contrôle et l'un des pilotes de l'avion, diffusées sur Live ATC (Air Trafic Control), le moteur droit de l'appareil était possiblement en panne et l'avion n'arrivait plus à prendre de l'altitude. « Au moment du décollage, il y aurait eu une panne de moteur suivie d'une perte de contrôle et de l'écrasement », a confirmé Jacques Paillard, vice-président d'Aéropro.

Le BST mène l'enquête

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a ouvert une enquête à la suite de cet accident. L'enquêteur principal du BST, André Dufresne, a précisé lors d'un point de presse en fin de journée que des autorités américaines allaient collaborer à l'enquête.

Un représentant de la FAA (Federal Aviation Administration ) sera notamment sur place, car l'avion est certifié aux États-Unis.

M. Dufresne a aussi indiqué qu'il s'agissait d'une enquête importante en raison du nombre de pertes de vie. Il a de plus souligné que beaucoup de ces appareils sont en circulation.

L'expert en aviation Yvan-Miville Des Chênes mentionnait un peu plus tôt que les enquêteurs du BST auront beaucoup à faire pour reconstituer la tragédie en l'absence de boîte noire dans ce type d'appareil.

Les conversations de la tour de contrôle, les tracés radars et le type de carburant utilisé, entre autres, devraient être examinés.

Le Groupe Aéropro est une entreprise québécoise fondée il y a 22 ans. Sa principale activité est le vol pour affaires et les vols touristiques.

Aéropro, en bref

Son siège social est à l'Aéroport international Jean Lesage à Québec. Aéropro a aussi des installations dans plusieurs aéroports de la province, notamment à Saint-Hubert, près de Montréal, sur la Rive-Sud. Sept-Îles est la plaque tournante des activités d'Aéropro sur la Côte-Nord.
L'entreprise compte plus de 250 employés, dont 50 dans la région de la Côte-Nord.
Aéropro se dit le transporteur désigné de plusieurs pourvoiries de chasse et de pêche.
Elle compterait 1000 clients touristiques chaque année.
L'entreprise offre aussi des services d'entretien d'aéronefs, de gestion d'aéroport, de transport médical, de détection des incendies de forêts et d'inventaire de la faune.

Le porte-parole d'Aéropro a tenu à préciser que son entreprise n'était pas propriétaire de l'avion qui s'est écrasé, il y a un mois, à l'île aux Grues, près de Montmagny. L'accident avait fait quatre victimes.

Québec en direct Afficher le fil complet

    Facebook