La Berce du Caucase

Berce du Caucase

Des spécimens de Berce du Caucase, une plante hautement toxique, ont été découverts à Saint-Augustin, Cap-Rouge, Neuville et ailleurs dans la région de Portneuf.

Des spécimens d'une plante hautement toxique ont été découverts à Saint-Augustin, Cap-Rouge, Neuville et ailleurs dans la région de Portneuf.

Un simple contact avec cette plante peut provoquer d'importantes irritations cutanées. Les lésions peuvent entraîner de graves brûlures, des ampoules ainsi que la formation de cicatrices.

« Sa sève contient des produits chimiques qui sont activés par la lumière, alors une fois que la sève entre en contact avec la peau et que la peau est exposée à la lumière, les produits chimiques activés causent la brûlure » a expliqué Daria Pereg, membre de l'unité de recherche en santé publique.

Cette sensibilité au soleil peut perdurer pendant plusieurs mois. Advenant un contact avec la plante, il est conseillé de protéger la partie du corps atteinte du soleil, d'éponger rapidement la sève et de nettoyer la lésion avec de l'eau et du savon.

La Berce du Caucase est apparue au Québec au début des années 90 et, aux dires du professeur en malherbologie à l'Université Laval, Gilles Leroux, la plante envahissante risque de s'étendre dans la province.

« C'est une espèce qui va prendre quand même de trois à quatre ans avant d'être capable de produire des semences. De plus en plus, on va en entendre parler. C'est un nouveau problème », a-t-il avancé.

La Berce du Caucase peut atteindre quatre mètres de haut. On la reconnaît à ses petites fleurs blanches en forme de parapluie et à ses grandes feuilles étoilées.

Québec en direct Afficher le fil complet