Les obsèques célébrées samedi

Andrée P. Boucher

Les funérailles officielles de la mairesse de Québec, Andrée Boucher, seront célébrées samedi prochain à la basilique Notre-Dame de Québec.

Les funérailles officielles de la mairesse Andrée Boucher, décédée vendredi d'un malaise cardiaque, auront lieu samedi prochain à la basilique Notre-Dame de Québec.

Sa dépouille sera exposée en chapelle ardente dans la salle du conseil de l'hôtel de ville jeudi et vendredi.

La Ville de Québec mettra également à la disposition de la population, à compter du lundi 27 août, à 12 h, des livres de condoléances à l'hôtel de ville et dans les huit bureaux d'arrondissement.

La mairesse de Québec a succombé à un malaise cardiaque, vendredi midi, alors qu'elle se trouvait chez elle. Elle a été transportée à l'Hôpital Laval, où son décès a été constaté.

Mme Boucher, qui a fêté ses 70 ans en janvier dernier, laisse dans le deuil son époux Marc et ses trois enfants Bernard, Denis et France.

Le conseiller Jacques Joli-Coeur assumera la fonction de maire de Québec en remplacement de Mme Boucher. Selon la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, un scrutin devra être tenu dans les quatre mois suivant l'avis de vacance qui sera déposé par le greffier lors de la prochaine séance du conseil municipal. La date de l'élection devrait être connue d'ici la fin du mois de septembre.

La politicienne

Mme Boucher est née le 31 janvier 1937. Avant de se lancer en politique, elle a oeuvré dans le monde de l'enseignement après avoir obtenu un baccalauréat en pédagogie et un brevet d'enseignement de l'Université Laval.

Andrée Boucher a été élue mairesse de la ville de Sainte-Foy pour la première fois en 1985. Pendant 15 ans, elle travaille principalement sur les finances de la municipalité, faisant de Sainte-Foy une villes les moins taxées au Québec.

Son premier grand projet a été de construire un nouvel hôtel de ville qui connaîtra un premier échec avant de devenir réalité. Le bâtiment sera finalement construit au coût de 41 millions de dollars.

Elle a aussi mené des batailles politiques remarquées, notamment en s'opposant à la construction d'un nouveau Colisée et à la candidature de Québec pour les Jeux olympiques d'hiver de 2002.

Mais son plus grand combat fut celui mené contre les fusions municipales au début des années 2000. Après l'adoption de la loi par le gouvernement du Québec forçant les fusions, elle pose en 2001 sa candidature à la mairie de la nouvelle ville de Québec. Elle subit toutefois une défaite contre le maire sortant Jean-Paul L'Allier.

En 2004, elle reprend le flambeau des défusions, mais les contribuables de Sainte-Foy refusent de la suivre. Elle fait une pause dans sa carrière politique en se retrouvant au micro de la station radiophonique CJMF-FM.

Québec, élections municipales 2005

Elle sera finalement élue à la mairie de Québec en 2005 avec plus de 45 % des voix, après avoir mené une campagne électorale sans programme et sans publicité. Elle a tout simplement ouvert les portes de sa résidence une fin de semaine et invité les citoyens de Québec à venir la rencontrer. Elle est ainsi devenue la première femme maire de la Vieille Capitale.

L'an dernier, elle s'était rendue à Bordeaux et Paris dans le cadre de l'organisation des fêtes du 400e anniversaire, en 2008, de la ville de Québec. Il s'agissait d'un projet que Mme Boucher menait de front ces derniers temps et qui nécessitait énormément de supervision de la part de la mairie.

Québec en direct Afficher le fil complet

    Facebook