Course à la direction du PLO : une question d'argent aussi

Les candidats à la course à la direction du Parti libéral de l'Ontario après un débat à Toronto Les candidats à la course à la direction du Parti libéral de l'Ontario après un débat à Toronto  Photo :  PC/Frank Gunn

Exclusif - L'argent commence à couler à flots dans la course à la succession du chef libéral et premier ministre démissionnaire, Dalton McGuinty. Certains candidats ont entrepris de dévoiler la liste de leurs donateurs en temps réel et de façon volontaire à Élections Ontario.

Jusqu'à maintenant, c'est Glen Murray qui a reçu le plus d'argent : 95 000 $. Kathleen Wynne arrive deuxième avec 45 000 $.

Environ 20 000 $ ont été récoltés pour Harinder Thakar, Gérard Kennedy et Charles Sousa. Eric Hoskins et Sandra Pupatello n'ont encore rien dévoilé.

Chacun des sept candidats peut dépenser 500 000 $, pour un total de 3,5 millions $.

La course à la direction libérale est donc une affaire de gros sous, mais qui à long terme pourrait nuire aux finances du parti.

« Avec le nombre de candidats qu'on a, affirme Laure Paquette, de l'Université Lakehead, on va vider les poches des bienfaiteurs du Parti libéral, quand la campagne électorale va arriver, ça va être plus difficile de faire des collectes de fonds ».

Retours d'ascenseur

Les dons proviennent de particuliers, mais aussi de syndicats et d'entreprises, principalement des secteurs de la santé et de la construction.

« L'argent n'est jamais innocent dans la vie politique », souligne Peter Greafe, professeur en science politique à l'Université MacMaster de Hamilton.

« Le fait que le Parti libéral va choisir le prochain premier ministre fait en sorte que plusieurs sociétés chercheront à appuyer le gagnant, qu'ils espèrent un retour d'ascenseur dans le futur », ajoute-t-il.

Contrairement à une élection générale, il n'y a aucune règle qui limite la contribution maximale lors d'une course à la direction.

Avec le reportage de Christian Noël.