Les étudiants ontariens portent le carré blanc

Des étudiants ont adopté le carré blanc comme symbole de résignation devant leur facture scolaire qui augmente. Des étudiants ont adopté le carré blanc comme symbole de résignation devant leur facture scolaire qui augmente.  Photo :  Radio-Canada/Philippe Le Voguer

Le conflit étudiant sur la hausse des droits de scolarité au Québec a des échos en Ontario. Des étudiants ont adopté le carré blanc comme symbole de résignation devant leur facture scolaire, qui ne cesse d'augmenter.

C'est une façon pour eux de montrer leur appui à leurs homologues québécois. Ils expriment du même coup leur désarroi devant les droits de scolarité, qui augmentent chaque année.

« C'est un symbole pour dire qu'ils abandonnent leur lutte, qu'ils se rendent, car le gouvernement et l'administration des universités ne nous écoutent pas », explique la présidente sortante de l'Association des étudiants francophones de l'Université Laurentienne à Sudbury, Chloé Hallée-Théoret.

C'est en Ontario que les étudiants paient le plus cher pour étudier au Canada.

En moyenne, les étudiants déboursent 6000 $ par année. Par contre, les droits peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers de dollars pour certains programmes, comme la médecine dentaire ou le génie.

Des pommes et des oranges

Les droits de scolarité en Ontario sont beaucoup plus élevés que ceux du Québec. Pour la professeure en sociologie à l'Université d'Ottawa, Diane Pacom, les deux réalités ne se comparent cependant pas. Les programmes de prêts et bourses diffèrent, tout comme les taux d'imposition des deux provinces. « À la limite, on peut davantage comparer l'Ontario avec ce qui se passe en Colombie-Britannique qu'entre ce qui se passe au Québec et le reste du Canada »

« Ici, en Ontario, ça se fait très progressivement, ajoute la professeure. Chaque année, les étudiants s'attendent à voir de petites augmentations. C'est bien intégré à leur vie quotidienne. Ils ont appris avec le temps à s'ajuster à ces augmentations. »

Le ministère ontarien a limité l'augmentation des droits à 5 % par année. Cependant, cette limite ne s'applique pas aux programmes comme le droit ou la médecine, entre autres. Le choix revient aux universités.

L'étudiant en histoire à l'Université Laurentienne de Sudbury, Michel Laforge, trouve quand même que ces augmentations progressives sont frustrantes. « Les droits peuvent augmenter de 4% cette année, de 7% l'année prochaine et de 10% l'année suivante. J'appuie vraiment les étudiants québécois de lutter contre ça, parce qu'autrement, ils vont finir comme nous », déplore-t-il.

Comme d'autres étudiants, Michel Laforge aimerait voir ses frais de scolarités gelés, voir même diminuer. « Ils aimeraient en payer moins, mais en même temps, ils se disent qu'après quatre ans, ils auront reçu leur service et leur diplôme et qu'ils auront un travail. »

Par exemple, l'Université Laurentienne augmentera ses droits de scolarité de 8 à 15 % selon les programmes, l'an prochain. Très peu d'étudiants ont protesté.

Des étudiants à Sudbury qui portent le carré blanc Des étudiants à Sudbury qui portent le carré blanc  Photo :  Radio-Canada/Philippe Le Voguer
« Ils ont simplement dit que ce sont des choses qui arrivent, qui arrivent chaque année, et donc ils l'acceptent. » — Chloé Hallée-Théoret

En Ontario, les étudiants n'ont jamais fait la grève.

« La comparaison ne se fait pas de façon juste parce que les contextes sont très différents. La culture politique, universitaire et estudiantine est très différente, tout comme la société en général aussi », souligne la professeure Diane Pacom.

L'étudiant Michel Laforge, espère que le mouvement du carré blanc prenne de l'ampleur. « J'aimerais que les autres jeunes se rendent compte qu'ils devront eux aussi prendre la rue et faire quelque chose pour faire pression sur le gouvernement », déclare-t-il.

En janvier dernier, le gouvernement ontarien a annoncé un programme de réduction de 30 % des frais de scolarité, c'est-à-dire ce que paient les étudiants pour l'enseignement, leurs livres et leur logement. L'argent alloué à ce programme a par contre été prélevé dans trois autres programmes provinciaux de bourses.

Cette réduction proposée par le gouvernement ontarien n'est que de la poudre aux yeux, selon Michel Laforge. Seulement une poignée d'étudiants y auront droit. Il s'agit d'une bourse, qui n'a, en réalité, aucun effet sur les droits de scolarité.

Par ailleurs, l'Ontario a imposé un moratoire sur les droits de scolarité pour 2012-2013, le temps de déterminer comment ils seront ajustés par la suite.

Moyenne des droits de scolarité au Canada en 2012, par province

  • Ontario : 6640 $
  • Nouveau-Brunswick : 5853 $
  • Nouvelle-Écosse : 5731 $
  • Alberta : 5662 $
  • Saskatchewan : 5601 $
  • Île du Prince-Édouard : 5258 $
  • Colombie-Britannique : 4852 $
  • Manitoba : 3645 $
  • Terre-Neuve-et-Labrador : 2649 $
  • Québec : 2519 $

Source : Statistique Canada

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Ontario en direct Afficher le fil complet

    Dossiers et plus