Conversion de l'hôpital Royal Victoria : lancement d'une série d'appels d'offres

L'ancien site de l'hôpital Royal Victoria à Montréal L'ancien site de l'hôpital Royal Victoria à Montréal

L'Université McGill lancera une quinzaine d'appels d'offres au cours des prochains mois dans le but de transformer l'ancien hôpital Royal Victoria en campus.

Un texte de Marie-Eve CousineauTwitterCourriel

Le projet en est actuellement à la phase de l'étude de faisabilité.

L'Université McGill a octroyé, à la mi-décembre, un contrat de gestion de projet au consortium Decasult-Stratégia au coût de 2 442 460 $.

Dès le 6 avril, l'institution invitera des architectes à soumissionner à un appel d'offres. Le mandat de la firme sélectionnée sera notamment d'évaluer les coûts de rénovation et de transformation du site de l'ancien hôpital - l'estimation de départ était de 782 millions de dollars, selon McGill. 

Si le projet va de l'avant, les bâtiments patrimoniaux de style victorien laissés vacants il y a près d'un an par Royal Victoria pourraient abriter des laboratoires de recherche et d'enseignement en médecine, en bioingénierie ou en environnement.

« McGill se positionne beaucoup en ce moment pour être un leader en développement durable. Nous avons attiré quelques sommités mondiales récemment. [...] Nous avons remporté une chaire d'excellence en chimie verte.  » — Olivier Marcil, vice-principal aux communications et aux relations externes de l'Université McGill

Pour réaliser l'étude de faisabilité, l'Université McGill fera aussi appel, au cours des prochains mois, à des experts en ingénierie électrique et mécanique, en arpentage, en archéologie et en environnement.

Québec appuie le projet

Il y a un an, le gouvernement du Québec a annoncé qu'il financera la moitié des huit millions de dollars nécessaires à la réalisation de l'étude de faisabilité.

« D'ailleurs, le changement de vocation du site de l'hôpital Royal Victoria pour l'Université McGill est inscrit comme étant à l'étude dans le Plan québécois des infrastructures 2016-2026 », indique Marie-Ève Pelletier, attachée de presse du ministre responsable de la région de Montréal, Martin Coiteux.

L'Université McGill, qui manque d'espace pour ses 40 000 étudiants, a manifesté il y a deux ans son intention d'acquérir le site de Royal Victoria.

« Un million de pieds carrés [près de 100 000 mètres carrés] qui se libèrent carrément à côté du campus, il y a une opportunité pour nous d'agrandir et de pouvoir avoir des espaces qui répondent à nos besoins », dit Olivier Marcil.

Reste que l'aménagement d'un nouveau site universitaire sur la montagne est loin d'être chose faite. L'étude de faisabilité doit durer encore 18 mois. Un dossier dit « d'opportunité » sera ensuite réalisé et soumis à Québec. L'Université McGill espère une décision gouvernementale en 2017.

Selon Olivier Marcil, le futur campus de l'Université McGill n'ouvrirait ses portes que dans une dizaine d'années.

« Ce qui va faire foi de tout, ça va vraiment être le montage financier autant pour notre partenaire gouvernemental principal, qui est le gouvernement du Québec, que pour nous », souligne-t-il.

L'Université McGill devra avoir les reins assez solides pour assumer sa part de la facture. « Autrement, on va agir de façon très responsable et on va simplement regarder d'autres options », assure Olivier Marcil.