Les réseaux sociaux au service des conversions mormones

Le temple mormon à Longueuil Le temple mormon à Longueuil  Photo :  Dominic Brassard

Dans le Grand Montréal, ces dernières années ont été marquées par la fermeture de nombreuses églises et lieux de culte. Mais pendant ce temps, certaines communautés, comme celle des mormons, affirment que le nombre de leurs fidèles est en croissance.

Un reportage de Dominic BrassardTwitterCourriel

Cette branche du christianisme est depuis longtemps associée à un courant plus conservateur répandu aux États-Unis. Et à Montréal, comme ailleurs, les outils technologiques sont utilisés pour les conversions.

En bordure de la route 132, à Longueuil, s'élève le temple des mormons, un pôle central de ce groupe religieux au Québec. Le pasteur, Alain Allard, croit qu'au Québec notamment des gens se convertissent pour combler un vide spirituel.

« Des personnes cherchent le bonheur, veulent être heureuses. Je pense que ça, ça amène les personnes à se poser des questions et à chercher quelque chose. » — Le pasteur Alain Allard

Pour établir des contacts avec ces gens, des missionnaires sont actifs dans le Grand Montréal. Les réseaux sociaux sont aussi privilégiés.

« Parfois des choses sont négatives. Nous, on essaie de contrebalancer en apportant du positif. On prône beaucoup ça, les réseaux sociaux de plus en plus. On essaie d'utiliser ces choses-là pour faire grandir l'oeuvre du seigneur. » — Marie-Frédérique Carter, adjointe aux affaires publiques pour les mormons de Longueuil

La spécialiste des mormons et doctorante à l'Université de Montréal Mathilde Vanasse-Pelletier précise que cette stratégie de communication des mormons semble porter ses fruits.

« Parlez-en en bien, parlez-en en mal. Quelqu'un dans son salon qui ne connaissait pas la religion peut être intrigué. Sur les sites Internet de l'église, il y a un bouton "Parlez avec un missionnaire''. Donc un missionnaire peut venir chez vous presque le jour même », explique-t-elle.

Il y aurait environ 12 000 mormons au Québec.