Une école tricote ferme pour les réfugiés syriens

Des tricoteurs s'activent partout au pays pour fabriquer des tuques destinées aux réfugiés syriens. La Villa Sainte-Marcelline, une école privée de Montréal, a repris cette initiative, à sa façon.

Enseignants, élèves et même parents sont à l'œuvre pour tricoter le plus grand nombre de tuques pour les réfugiés.

L'école s'est engagée à accueillir un élève syrien par classe. Venir en aide aux autres est au cœur du projet éducatif de cette école, qui a d'ailleurs une longue histoire d'accueil en ce qui a trait aux réfugiés.

Certaines images d'archives du reportage qui suit sont tirées du documentaire de Jo Légaré Que nous sommes belles.

Le reportage d'Azeb Wolde-Giorghis