Uber, UberX, taxi, autopartage, etc. : petit dictionnaire pour s'y retrouver

À côté du traditionnel taxi, l'offre de moyens de transport a explosé ces dernières années dans les métropoles. Si bien que bon nombre de personnes s'y perdent lorsqu'il s'agit de faire la différence entre ces services. Le point sur les principaux services.

1. Le taxi

Les chauffeurs de taxi déplorent la compétition illégale de Uber-X. Les chauffeurs de taxi déplorent la compétition illégale de Uber-X.  Photo :  Radio-Canada

Le service traditionnel de taxis compte 4400 véhicules en circulation à Montréal. Plusieurs sont affiliés à une centrale, d'autres sont indépendants. Les permis de taxi s'échangent à environ 200 000 $.

Prix initial : 3,45 $. On ajoute1,70 $ par kilomètre parcouru et 0,63 $ par minute d'attente. Prix minimum : 6 $.

Pour consulter le tableau des prix sur votre appareil mobile, cliquez ici.


2. Uber, UberX, etc

null  Photo :  cbc.ca

Cette application sur téléphone mobile permet à ses utilisateurs de trouver un taxi ou un chauffeur privé.

Les clients voient en temps réel sur leur téléphone mobile les chauffeurs qui circulent autour de l'endroit où ils se trouvent et peuvent leur transmettre une requête par l'entremise de l'application. Toutes les transactions sont automatiquement débitées sur la carte de crédit du client, sans qu'il ne soit nécessaire de la tendre au chauffeur. Après la course, les clients peuvent attribuer une note au conducteur (et inversement) et un reçu électronique est envoyé automatiquement. L'entreprise offre plusieurs services :

  • UberTaxi (ou Uber tout court) fait appel à des chauffeurs de taxi dont les conducteurs sont membres d'Uber. Certaines centrales de taxi interdisent à leurs membres de l'utiliser pour répondre à des appels.

Les tarifs sont les mêmes tarifs que pour un taxi normal.

  • UberX (appelé UberPop en Europe) est un service de covoiturage commercial qui permet à des individus de transporter des clients avec leur voiture personnelle. C'est contre ce service que s'insurgent les chauffeurs de taxi, qui assurent qu'il est illégal. UberX est cependant très populaire. Selon le directeur général d'Uber à Montréal, Jean-Nicolas Guillemette, « plusieurs dizaines de milliers de Montréalais » l'utilisent chaque semaine.

Prix initial : 2,75 $. On ajoute 0,90 $ par kilomètre parcouru et 0,25 $ par minute de trajet. Prix minimum d'une course : 3,75 $. La tarification peut toutefois varier automatiquement en fonction de l'offre et de la demande.

Uber offre deux autres services (UberXL et Uber Select) qui offrent des véhicules plus grands ou plus luxueux à un tarif un peu plus élevé.

L'application Uber Pool, qui vient d'être lancée à Toronto, permet à deux clients voyageant dans la même direction d'être jumelés pour ainsi économiser sur le prix de la course.

L'entreprise est née à San Francisco en 2009 et a commencé son expansion internationale en 2011. Elle est implantée à Montréal depuis l'automne 2013. Présent dans 58 pays et 300 villes à travers le monde, Uber est valorisé à 40 milliards de dollars.

D'autres entreprises de covoiturage, comme Lyft ou Sidecar, sont déjà présentes dans plusieurs villes nord-américaines et pourraient bientôt arriver à Montréal. Pour sa part, l'application Hailo, qui mettait en contact les chauffeurs de taxi et les clients, a abandonné ses activités à Montréal à l'automne 2014.

3. Car2go

Une voiture de l'entreprise de partage de voiture Car2go photographiée à Vienne, en Autriche. Une voiture de l'entreprise de partage de voiture Car2go photographiée à Vienne, en Autriche.  Photo :  Getty/AFP/Alexander Klein

Il s'agit d'une location automobile à court terme. Car2go possède une flotte de 400 voitures disponibles en libre service pour les abonnés. Elles possèdent des vignettes universelles pour plusieurs arrondissements ou des places réservées dans 25 stationnements un peu partout à Montréal.

Coût de l'inscription : 35 $. On paye 0,41 $ la minute, pour un maximum de 14,99 $ l'heure et 84,99 $ par jour.

Né en Allemagne en 2008, Car2go est présent dans 23 villes à travers le monde, dont Toronto, Vancouver et Calgary. L'entreprise appartient au constructeur automobile Daimler, qui fabrique les Smart mises en location. Elle s'est implantée à Montréal en novembre 2013.


4. Communauto et Auto-mobile

C'est la pionnière de l'autopartage à Montréal, qui offre aujourd'hui deux services.

  • Communauto : permet à ses abonnés de réserver des voitures à l'heure. Celles-ci sont garées dans des stationnements répartis à travers la ville et il faut les ramener à leur point de départ à la fin du trajet.

  • Auto-mobile : ce programme vise les utilisateurs de courte distance. En devenant membre, on a accès à un parc de 200 véhicules hybrides et électriques en libre service disponibles dans plusieurs arrondissements de Montréal. Les véhicules disposent de vignettes de stationnement universelles dans plusieurs arrondissements et on peut les garer à un endroit différent du point de départ. Tarif : 0,38 $ la minute, 12 $ l'heure, 50 $ par jour.

Active depuis 1995, Communauto est présente dans quatre villes québécoises.


5. Bixi

Une station d'ancrage de Bixi Une station d'ancrage de Bixi  Photo :  CBC

Le vélo en libre-service est très populaire à Montréal avec 37 400 abonnements pour la saison 2015. La flotte se compose de 5200 vélos stationnés dans 460 points d'ancrage un peu partout dans la ville.

Prix : 85 $ abonnement pour un an, ce qui permet d'effectuer un nombre illimité de trajets d'une durée de 45 minutes à la fois.

On peut également emprunter un Bixi sans être abonné, soit en s'inscrivant en ligne, soit en payant avec sa carte de crédit. Prix : 2,75 $ pour 30 minutes ou 5 $ pour avoir accès aux vélos pendant 24 h (30 minutes à la fois).


6. L'autobus et le métro

La société de transport de Montréal (STM) offre 220 lignes d'autobus qui sillonnent la ville, en plus du réseau du métro et ses 68 stations.

Prix : 3,25 $ pour un billet, 26,50 $ pour 10 billets.