L'Université McGill veut acheter l'Hôpital Royal Victoria

L'Hôpital Royal Victoria (archives) L'Hôpital Royal Victoria (archives)  Photo :  PC/Graham Hughes

L'Université McGill compte acquérir le site qui abrite actuellement l'Hôpital Royal Victoria pour en faire « un lieu d'enseignement, de recherche et de rencontre », a annoncé vendredi sa principale et vice-chancelière, Suzanne Fortier.

Lors d'un discours prononcé devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Mme Fortier a expliqué qu'elle voulait faire de ce secteur un « carrefour » qui unirait le Québec au monde. Elle a précisé que le site, situé à l'angle de la rue University et de l'avenue des Pins, ferait l'objet d'un « projet de développement urbain et touristique », développé en partenariat avec la communauté montréalaise.

Ce projet assurerait la préservation des édifices patrimoniaux, offrira de nouveaux espaces verts, ainsi qu'un nouvel édifice au mont Royal à partir du centre-ville.

« McGill a un déficit d'espace reconnu et peu de possibilités d'expansion pour son campus du centre-ville. Le déménagement de l'Hôpital Royal Victoria représente une occasion unique que nous devons regarder de près », a déclaré Mme Fortier devant la Chambre de commerce. « Nous n'en sommes qu'aux études préliminaires, mais si les bonnes conditions sont réunies, le projet pourrait être lancé à l'occasion du 375e anniversaire de Montréal et ouvert au public à l'occasion du 200e de McGill, en 2021 », a-t-elle ajouté.

Le développement du site de l'Hôpital Royal Victoria sera rendu possible par le réaménagement de l'établissement sur le nouveau site du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Suzanne Fortier dit vouloir faire de l'Université McGill « un meilleur partenaire » pour Montréal, sur les plans du savoir, de la culture, des affaires, et du rayonnement de la ville à l'échelle internationale. L'acquisition des locaux du Royal Victoria pourrait représenter une dépense d'environ 750 millions de dollars, d'où l'intérêt de McGill pour un partenariat avec les instances publiques.

L'Université a présenté son projet auprès d'un comité gouvernemental qui examine l'avenir des bâtiments qui seront abandonnés à la suite du réaménagement du CUSM, mais Québec n'a pas encore fourni de réponse sur le sujet.