Le maire de Hampstead lance une pétition contre le transport de matières dangereuses

Le maire de la municipalité de Hampstead, Bill Steinberg. Le maire de la municipalité de Hampstead, Bill Steinberg. (Source: site internet de la municipalité)

Le maire d'une petite municipalité de l'île de Montréal lance une pétition qui vise à faire interdire par les autorités fédérales le transport par train de matières dangereuses dans les grandes villes du Canada.

William Steinberg, maire de Hampstead, affirme que depuis plus de 10 ans, des citoyens de sa ville et d'ailleurs réclament que ces matières dangereuses ne puissent plus circuler sur les voies ferrées qui sillonnent les zones densément peuplées.

Selon lui, les municipalités ne savent pas quels produits dangereux circulent sur les voies, ni leur quantité. Il affirme que le gouvernement fédéral ne lui donne que très peu d'informations.

En guise de réaction, le Canadien Pacifique - qui opère la gare de triage près de la municipalité - s'est limité à dire que sa relation avec les communautés vivant près de ses installations était « primordiale ».

Le maire Steinberg déplore que le déraillement d'un train de la Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA), le 6 juillet, ait eu des conséquences tragiques pour Lac-Mégantic et sa population. À son avis, les conséquences d'un tel drame auraient été pires s'il s'était produit à Montréal, à Toronto ou à Vancouver.

« Il faut garder ces produits dangereux loin de la population », dit-il.

« On n'accepterait jamais qu'une usine de produits chimiques s'installe au centre-ville de Montréal. Pourtant, on tolère que des produits dangereux y transigent. » — William Steinberg
La ville de Hampstead est bordée par plusieurs axes ferroviaires. La ville de Hampstead est bordée par plusieurs axes ferroviaires.  Photo :  Google

William Steinberg note que les grandes villes ont été épargnées jusqu'ici par un incident de l'ampleur de celui de Lac-Mégantic, mais qu'il serait irresponsable de leur part de se fier à la chance pour se protéger.

Une pétition en guise d'avertissement

La pétition lancée par M. Steinberg représenterait des changements majeurs dans les infrastructures canadiennes. Il avoue qu'il est peu probable que le gouvernement aille si loin, mais dit vouloir provoquer un changement avec sa requête. « Il s'agit d'un avertissement, d'un message qu'il est temps d'agir. »

« Pendant dix ans, nous n'avons pas bougé. Il ne faut pas qu'un tel accident se reproduise », plaide-t-il.

Le maire s'attend à ce que d'autres municipalités signent et fassent connaître la pétition. Jusqu'à maintenant, une centaine de personnes ont signé le document.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.